Poème 'Le coucher du soleil romantique' de Charles BAUDELAIRE dans 'Les Épaves'

Accueil > Les poètes > Poèmes et biographie de Charles BAUDELAIRE > Le coucher du soleil romantique

Le coucher du soleil romantique

Charles BAUDELAIRE
Recueil : "Les Épaves"

Que le soleil est beau quand tout frais il se lève,
Comme une explosion nous lançant son bonjour !
- Bienheureux celui-là qui peut avec amour
Saluer son coucher plus glorieux qu’un rêve !

Je me souviens ! J’ai vu tout, fleur, source, sillon,
Se pâmer sous son oeil comme un coeur qui palpite…
- Courons vers l’horizon, il est tard, courons vite,
Pour attraper au moins un oblique rayon !

Mais je poursuis en vain le Dieu qui se retire ;
L’irrésistible Nuit établit son empire,
Noire, humide, funeste et pleine de frissons ;

Une odeur de tombeau dans les ténèbres nage,
Et mon pied peureux froisse, au bord du marécage,
Des crapauds imprévus et de froids limaçons.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Un très beau poème. Le coucher et le lever du soleil sont magnifiques.Le soleil de Baudelaire est romantique parce qu'il se vivifie toujours. Le soleil est toujours beau et chaud. Le soleil dans"Les Fleurs du mal": "Que les soleils sont beaux dans les chaudes soirées!/ Que l'espace est profond ! que le coeur est puissant."
    Dêva KOUMARANE

  2. Noble philosophe
    ----------

    Ce cheval autrefois fut de Platon l’élève,
    Dont il redit les mots, la nuit comme le jour ;
    De Socrate il connaît aussi bien les discours,
    Il peut les présenter sous une forme brève.

    Il passe désormais un aimable séjour
    En un couvent tenu par quelques filles d’Ève ;
    Il est le confident de Sainte Geneviève,
    Dont la chambre est perchée au sommet d’une tour.

    Ce cheval a vécu le meilleur et le pire,
    Lui qui vit s’écrouler plus d’un puissant empire,
    Ce qui d’un grand orgueil fut la juste rançon.

    Il marche doucement de la cour à l’herbage ;
    Un grand détachement, tel est son apanage,
    Et, certains jours, l’écho d’une antique chanson.

Rédiger un commentaire

© 2021 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS