Poème 'Le mort joyeux' de Charles BAUDELAIRE dans 'Les Fleurs du Mal'

Le mort joyeux

Charles BAUDELAIRE
Recueil : "Les Fleurs du Mal"

Dans une terre grasse et pleine d’escargots
Je veux creuser moi-même une fosse profonde,
Où je puisse à loisir étaler mes vieux os
Et dormir dans l’oubli comme un requin dans l’onde,

Je hais les testaments et je hais les tombeaux ;
Plutôt que d’implorer une larme du monde,
Vivant, j’aimerais mieux inviter les corbeaux
A saigner tous les bouts de ma carcasse immonde.

Ô vers ! noirs compagnons sans oreille et sans yeux,
Voyez venir à vous un mort libre et joyeux ;
Philosophes viveurs, fils de la pourriture,

A travers ma ruine allez donc sans remords,
Et dites-moi s’il est encor quelque torture
Pour ce vieux corps sans âme et mort parmi les morts !

Poème préféré des membres

guillaumePrevel et ecnaida ont ajouté ce poème parmi leurs favoris.

Commentaires

  1. Une admirable mise en musique de ce poème a été faite par Peste Noire : http://www.youtube.com/watch?v=oMTLSd2iRA8.

    Il a également adapté Spleen, ainsi que des oeuvres de Verlaine et Christine de Pisan ! A écouter absolument si vos goûts musicaux sont suffisament éclectiques (tac). ;)

  2. Merci beaucoup pour ce lien !

  3. Sire loup-coq
    ----------

    Le loup-coq, semble-t-il, se nourrit d’escargots,
    Et s’il n’en trouve aucun, que sa peine est profonde !
    Les plus gras sont cachés derrière les fagots,
    C’est, dit Pline l’Ancien, en ce lieu qu’ils abondent.

    Le loup-coq entreprend de bâtir son tombeau
    Qu’orneront, par milliers, des coquilles bien rondes,
    Les siennes, tout d’abord, puis celles des corbeaux
    Qui, pleins de bienveillance, à ses désirs répondent.

    Quand, sur ce monument, les freux ouvrent les yeux ,
    Ils ont un grand respect pour la beauté des lieux
    Dignes du fier loup-coq à la haute stature.

    Lui ne s’empresse point de rejoindre les morts,
    À tous ses compagnons, il survit sans remords,
    Vivre, plus que mourir, étant dans sa nature.

  4. Léopard nonchalant
    -------------------

    C’est un vieux léopard, ce n’est pas un nigaud,
    Jamais il ne se perd en des pensées profondes ;
    Il s’offre quelquefois des tranches de gigot
    Avec un peu de vin qu’il propose à la ronde.

    Un sculpteur d’Italie veut orner son tombeau
    D’une belle statue de Sainte Cunégonde ;
    Mais lui préférerait le portrait d’un corbeau
    Ou bien, à la rigueur, d’une vestale blonde.

    Le cimetière est calme et serein sous les cieux,
    Béni chaque matin par un homme de Dieu,
    Un vénérable moine à la haute stature.

    Il veut faire la fête avant que d’être mort,
    Vider une bouteille et blaguer sans remords ;
    Telle est, du léopard, l’innocente nature.

Rédiger un commentaire

© 2020 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS