Poème 'Le glaive' de ATOS

Le glaive

ATOS

Si mon regard se porte sur toi
Si tes gestes répondent en moi
Si ce que tu sens n’est que le reflet de ce que je pressens…
Où es tu vraiment?
Quel est la place de ce mal?
Compatir obstinément
N’est que la symétrie du sentiment.
Qui suis je réellement?
Face de verre à l’âme sans teint?
Masque de fer au royaume de Siam?
Monstrueuses mimésis
Je suis celui qui vit en toi
Et ne dois ma survie qu’à ce je tue en toi
Tu es mon Autre hôte
Et je suis celui qui te nourrit.
L’égal combat inflige l’éternel tourment
Il ne peut être qu’Un que par la perte de tous
Il ne peut être de nous sans la perte de l’Un.
Ainsi donc l’enfer serait intelligent.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS