Poème 'Le Guitariste' de Théodore de BANVILLE dans 'Dans la fournaise'

Le Guitariste

Théodore de BANVILLE
Recueil : "Dans la fournaise"

Pantoum
A Georges Rochegrosse

Joue encor, bon guitariste,
Joue un fandango très fou.
Oh! mon âme est triste, triste,
Comme un oiseau dans un trou.

Joue un fandango très fou,
Voltigeant comme une plume.
Comme un oiseau dans un trou,
Le souvenir me consume.

Voltigeant comme une plume,
La Danse a les pieds légers.
Le souvenir me consume,
Je pleure en mes yeux rongés.

La Danse a les pieds légers
Et les jupes envolées.
Je pleure en mes yeux rongés
Par trop de larmes salées.

Et les jupes envolées,
C’est le rouge éclair vainqueur!
Par trop de larmes salées
J’ai senti noyer mon coeur.

C’est le rouge éclair vainqueur,
Gracia joue et s’élance.
J’ai senti noyer mon coeur
Dans la nuit et le silence.

Gracia joue et s’élance,
Vois briller son front charmant.
Dans la nuit et le silence
Je soupire affreusement.

Vois briller son front charmant
Dans l’or de sa chevelure.
Je soupire affreusement.
Oh! la cuisante brûlure!

Dans l’or de sa chevelure
Une fleur se fane un peu.
Oh! la cuisante brûlure!
C’est dans ma poitrine en feu.

Une fleur se fane un peu.
Où donc gémit le fleuriste?
C’est dans ma poitrine en feu.
Joue encor, bon guitariste.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

Théodore de BANVILLE

Portait de Théodore de BANVILLE

Etienne Jean Baptiste Claude Théodore Faullain de Banville, né le 14 mars 1823 à Moulins (Allier) et mort le 13 mars 1891 à Paris, est un poète, dramaturge et critique français. Célèbre pour les « Odes funambulesques » et « les Exilés », il est surnommé « le poète du... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto