Poème 'Le large' de ATOS

Le large

ATOS

Au fil des mots, le long des rimes, l’esquif des sons, simple clapotis
de mes peurs, vogue sur la source de ma raison.
J’accosterai quels que soient les embruns de mes chagrins.
J’arrimerai mes espoirs quels que soient les écueils de mon orgueil.
La fierté de n’avoir rien conquis mais d’avoir traversé l’insensé.
La liberté de croire que seuls les cieux détenaient le secret
de cette échappée.
Quelle que soit la puissance des flots aux mille regrets,
Quelle que soit la force des vents tourmentés,
de l’innocence bafouée,
Je jetterai mon sac, toutes mes pensées en vrac, éparpillées.
Une épopée inscrite dans le livre des Destinées.
Je hisse la grand voile, Je jette l’encre, j’embarque vers un ailleurs
qui ne connaît aucune douleur.
Je reviens à la Terre où sont ensevelis mes rêves engloutis.

Poème préféré des membres

VVAL a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Simplement superbe, merci!

  2. Merci à toi de prendre le temps de me lire

Rédiger un commentaire

© 2020 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS