Poème 'Le Repas préparé' de Albert SAMAIN dans 'Aux flancs du vase'

Le Repas préparé

Albert SAMAIN
Recueil : "Aux flancs du vase"

Ma fille, laisse là ton aiguille et ta laine ;
Le maître va rentrer ; sur la table de chêne
Avec la nappe neuve aux plis étincelants
Mets la faïence claire et les verres brillants.
Dans la coupe arrondie à l’anse en col de cygne
Pose les fruits choisis sur des feuilles de vigne :
Les pêches que recouvre un velours vierge encor,
Et les lourds raisins bleus mêlés aux raisins d’or.

Que le pain bien coupé remplisse les corbeilles,
Et puis ferme la porte et chasse les abeilles…
Dehors le soleil brûle, et la muraille cuit.
Rapprochons les volets, faisons presque la nuit,
Afin qu’ainsi la salle, aux ténèbres plongée,
S’embaume toute aux fruits dont la table est chargée.
Maintenant, va puiser l’eau fraîche dans la cour ;
Et veille que surtout la cruche, à ton retour,
Garde longtemps glacée et lentement fondue,
Une vapeur légère à ses flancs suspendue.

Poème préféré des membres

ATOS a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Qu'il est heureux de pouvoir retrouver nos poésies d'enfance alors qu'on ne se souvient que des deux premiers vers. J'ai 80 ans et j'ai découvert les bonheurs de l'ordinateur il y a 7 ans à peine! Mes fils m'aidant à "cliquer" et manipuler ce mode de connaissances "à perte de vue", je suis devenue une habituée et une "fan" de GOOGLE qui m'aide tant, moi qui me suis mise à l'italien pour y retrouver mes racines paternelles et me permet de compléter les cours que je prends à l'Université du Temps Libre (utl tarbes) c'est fabuleux, j'ai même retrouvé une amie de pension de HTE SAVOIE 65 ans après notre séparation! Alors merci à ce site qui me replonge dans ma petite enfance !

  2. C'est le retour au monde enfoui dans la mémoire.

Rédiger un commentaire

Albert SAMAIN

Portait de Albert SAMAIN

Albert Samain, né à Lille le 3 avril 1858, mort à Magny-les-Hameaux le 18 août 1900, est un poète symboliste français. Son père étant décédé alors qu’il n’avait que 14 ans, il dut interrompre ses études pour gagner sa vie et devint employé de commerce. Vers 1880, il fut envoyé à Paris, où il décida de rester.... [Lire la suite]

© 2016 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto