Poème 'Amphise et Melitta' de Albert SAMAIN dans 'Aux flancs du vase'

Amphise et Melitta

Albert SAMAIN
Recueil : "Aux flancs du vase"

Assis au bord du lac où baignent leurs pieds nus,
Amphise et Melitta, depuis qu’ils sont venus,
Immobiles, les doigts unis les lèvres closes,
S’enivrent du beau soir d’or limpide et de roses,
Et remplissent leur âme à la splendeur qui sort
Des grands monts violets reflétés dans l’eau d’or !
Le calme est infini… D’une insensible haleine
La brise à leurs pieds roule une eau ridée à peine,
Et les cygnes, au long des jardins d’orangers,
Voguent lourds de paresse et de parfums chargés.
Jamais comme ce soir, et sans rien qui l’altère,
Amphise n’a goûté la douceur de la terre.
? O Melitta… dit-il et laissant à dessein
Son front pâle attardé sur la tiédeur du sein,
Il écoute ? si doux au fond du soir qui sombre ?
Le bruit divin du cœur qui pour lui bat dans l’ombre.
? Prends mon âme à ma bouche, ami ! dit Melitta.
? Prends mes yeux ! dit Amphise et depuis qu’ils sont là
La nuit bleue a noyé le lac et les campagnes ;
Et la lune se lève au dessus des montagnes…

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

Albert SAMAIN

Portait de Albert SAMAIN

Albert Samain, né à Lille le 3 avril 1858, mort à Magny-les-Hameaux le 18 août 1900, est un poète symboliste français. Son père étant décédé alors qu’il n’avait que 14 ans, il dut interrompre ses études pour gagner sa vie et devint employé de commerce. Vers 1880, il fut envoyé à Paris, où il décida de rester.... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto