Poème 'Soirs (III)' de Albert SAMAIN dans 'Au jardin de l'infante'

Soirs (III)

Albert SAMAIN
Recueil : "Au jardin de l'infante"

Le ciel comme un lac d’or pâle s’évanouit,
On dirait que la plaine, au loin déserte, pense ;
Et dans l’air élargi de vide et de silence
S’épanche la grande âme triste de la nuit.

Pendant que çà et là brillent d’humbles lumières,
Les grands boeufs accouplés rentrent par les chemins ;
Et les vieux en bonnet, le menton sur les mains,
Respirent le soir calme aux portes des chaumières.

Le paysage, où tinte une cloche, est plaintif
Et simple comme un doux tableau de primitif,
Où le Bon Pasteur mène un agneau blanc qui saute.

Les astres au ciel noir commencent à neiger,
Et là-bas, immobile au sommet de la côte,
Rêve la silhouette antique d’un berger.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Un poète injustement tombé dans l’oubli. Ce sonnet pictural et musical en témoigne, si facile à retenir. Le crépuscule est ici saisi dans son vif et l’effroi discret qu’il inspire. Comme toujours chez Samain, la gravité affleure et la mélancolie. Une trouvaille que cet «air élargi de vide et de silence»… Le dernier tercet — qui contraste avec l’atmosphère intimiste du second quatrain — et l’élargissement du dernier vers avec ce berger pris à contre-jour n’est pas dénué de grandeur. Un critique a pu voir dans l’œuvre de ce poète symboliste «les élans clandestins d’un mysticisme douloureux».

  2. Merci beaucoup pour vos éclaircissements.
    L'imagination née de ce poème est vraiment résumée dans le premier tercet : nous revivons une scène biblique.

  3. Injuste, l'Histoire? Rarement. Lisez ( à haute voix) un poème de Samain ou de Régnier. Puis ouvrez votre Rimbaud. Ou Claudel. Ou Apollinaire. Ou même Valéry, qui résume et transcende habilement la rêvasserie narcissique des années 1890-19oo. Samain, Régnier, ne tiennent pas trente secondes. La cause est ENTENDUE.

  4. Tout à fait Thierry ;-)

  5. ... enfin on peut rester sous le charmes d'un ou deux poèmes de Samain ou autres poètes mineurs, qui peuvent être de bons pastiches de Verlaine et Cie

Rédiger un commentaire

Albert SAMAIN

Portait de Albert SAMAIN

Albert Samain, né à Lille le 3 avril 1858, mort à Magny-les-Hameaux le 18 août 1900, est un poète symboliste français. Son père étant décédé alors qu’il n’avait que 14 ans, il dut interrompre ses études pour gagner sa vie et devint employé de commerce. Vers 1880, il fut envoyé à Paris, où il décida de rester.... [Lire la suite]

© 2014 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto