Poème 'Le Rishi' de Louis MÉNARD dans 'Rêveries d’un païen mystique'

Le Rishi

Louis MÉNARD
Recueil : "Rêveries d’un païen mystique"

Dans la sphère du nombre et de la différence,
Enchaînés à la vie, il faut que nous montions,
Par l’échelle sans fin des transmigrations,
Tous les degrés de l’être et de l’intelligence.

Grâce, ô vie infinie, assez d’illusions !
Depuis l’éternité ce rêve recommence.
Quand donc viendra la paix, la mort sans renaissance ?
N’est-il pas bientôt temps que nous nous reposions ?

Le silence, l’oubli, le néant qui délivre,
Voilà ce qu’il me faut ; je voudrais m’affranchir
Du mouvement, du lieu, du temps, du devenir ;

Je suis las, rien ne vaut la fatigue de vivre,
Et pas un paradis n’a de bonheur pareil,
Nuit calme, nuit bénie, à ton divin sommeil.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Visages multiples
    -----------------------

    Visages assemblés, chargés d’indifférence,
    Sont-ils une dizaine, ou sont-ils des millions ?
    Ni dans la soumission, ni dans la rébellion,
    Sereine et méditante est leur intelligence.

    Ils choisissent leurs mots sans qu’aucun Pygmalion
    Ne leur ait exposé le sens des convenances ;
    Ils reposent, conscients de leur impermanence,
    Sans dicter de message au moindre tabellion.

    Le silence constant les grise et les délivre ;
    Au passé, au présent, au lointain avenir
    Cette absence de voix peut, certes, convenir.

    À leur coeur épargnant la fatigue de vivre,
    Ils habitent ces lieux, tous calmes, tous pareils,
    Et notre éveil, pour eux, n’est qu’un pauvre sommeil.

  2. Planète Ransomandra
    ------------------

    Cette planète semble un lieu d’indifférence,
    Même si les vivants s’y comptent par millions ;
    Ces gens qui n’ont jamais connu la rébellion,
    N’ont qu’un modeste emploi de leur intelligence.

    Aucun ne voudrait être un autre Pygmalion,
    Car cela froisserait leur sens des convenances ;
    Mais ils sont fort à l’aise avec l’impermanence,
    Sans la rivalité, ni la loi du talion.

    Nous craignons le trépas dont rien ne nous délivre ;
    Ceux-là n’escomptent rien de leur propre avenir,
    Inframonde ou néant, tout peut leur convenir.

  3. Planète Ransomandra (suite et fin)
    ------------------

    Leur planète, pourtant, est agréable à vivre,
    On peut y admirer des couchers de soleil
    Ou rêver de la Terre au cours d’un long sommeil.

  4. Planète Huxleyandra
    ------------

    Les habitants d’ici sont plein d’extravagance,
    Les plus nobles d’entre eux se prennent pour des lions;
    Le pouvoir met un terme à chaque rébellion,
    Surtout celles des gens de moindre intelligence.

    Si parfois l’un d’entre eux se prend pour Pygmalion,
    Un mentor le rappelle au sens des convenances ;
    Ils trouvent dans le vin des flots d’impermanence
    Et la muse parfois leur sert de tabellion.

    Quelquefois, l’un d’entre eux du monde se délivre,
    Ayant cessé d’avoir des projets d’avenir,
    Acceptant sans broncher de se faire bannir.

    Leur façon d’exister, c’est tout un art de vivre,
    Ils regardent de haut la lune et le soleil
    Et n’ouvrent un bouquin que quand ils ont sommeil.

  5. Planète Huxleyandra === avec retouche
    ------------

    Les habitants d’ici sont pleins d’extravagance,
    Les plus nobles d’entre eux se prennent pour des lions;
    Le pouvoir met un terme à chaque rébellion,
    Surtout celles des gens de moindre intelligence.

    Si parfois l’un d’entre eux se prend pour Pygmalion,
    Un mentor le rappelle au sens des convenances ;
    Ils trouvent dans le vin des flots d’impermanence
    Et la muse parfois leur sert de tabellion.

    Quelquefois, l’un d’entre eux du monde se délivre,
    Ayant cessé d’avoir des projets d’avenir,
    Acceptant sans broncher de se faire bannir.

    Leur façon d’exister, c’est tout un art de vivre,
    Ils regardent de haut la lune et le soleil
    Et n’ouvrent un bouquin que quand ils ont sommeil.

Rédiger un commentaire

Louis MÉNARD

Portait de Louis MÉNARD

Louis-Nicolas Ménard, né à Paris le 19 octobre 1822 et mort à Paris le 9 février 1901, est un écrivain et poète français. Condisciple de Baudelaire au lycée Louis-le-Grand, il entra ensuite à l’École normale. Peu après avoir publié en 1843 un ouvrage intitulé « Prométhée délivré » sous le... [Lire la suite]

© 2020 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS