Poème 'Circé' de Louis MÉNARD dans 'Rêveries d’un païen mystique'

Circé

Louis MÉNARD
Recueil : "Rêveries d’un païen mystique"

Douce comme un rayon de lune, un son de lyre,
Pour dompter les plus forts, elle n’a qu’à sourire.
Les magiques lueurs de ses yeux caressants
Versent l’ardente extase à tout ce qui respire.

Les grands ours, les lions fauves et rugissants
Lèchent ses pieds d’ivoire ; un nuage d’encens
L’enveloppe ; elle chante, elle enchaîne, elle attire,
La Volupté sinistre, aux philtres tout-puissants.

Sous le joug du désir, elle traîne à sa suite
L’innombrable troupeau des êtres, les charmant
Par son regard de vierge et sa bouche qui ment,

Tranquille, irrésistible. Ah ! maudite, maudite !
Puisque tu changes l’homme en bête, au moins endors
Dans nos cours pleins de toi la honte et le remords.

Poème préféré des membres

guillaumePrevel a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Jadis, dans mon grenier, j’ai trouvé une lyre
    Capable d’émouvoir et de faire sourire
    Tous ceux qui entendront ses accents caressants ;
    C’est par cet instrument que mon âme respire.

    Cette lyre n’est pas un monstre rugissant,
    Ni l’orgue qu’on écoute en brûlant de l’encens ;
    Simplement elle chante, elle amuse, elle attire,
    Sans jamais se servir de charmes trop puissants.

    C’est pour accompagner mes paroles sans suite :
    Tantôt l’évocation d’un village charmant,
    Tantôt un souvenir dont je ne sais s’il ment,

    Une histoire qu’en prose autrefois j’avais dite,
    À l’heure où la maison paisiblement s’endort,
    Où plus léger se fait de la lyre l’accord.

  2. Saint emplumé
    -------------------

    Il n’est pas de ceux-là qui sonnent de la lyre ;
    Il flotte dans les airs avec son doux sourire,
    Et s’il voit un nuage, il le va caressant,
    Car il est bienveillant pour tout ce qui respire.

    Son regard peut calmer les monstres rugissants.
    Il ne veut point user d’une vapeur d’encens ;
    Aux bâtiments sacrés, il n’est rien qui l’attire,
    On y voit trop souvent le riche et le puissant.

    Quand il est seul, il dit des paroles sans suite ;
    Je ne sais que penser de ce babil charmant,
    Mais je suis sûr, au moins, que jamais il ne ment.

    Sachez-le, ce n’est pas un donneur d’eau bénite,
    Sans inconfort, il veille, et sans tourment, il dort,
    Ayant avec le monde un véritable accord.

Rédiger un commentaire

Louis MÉNARD

Portait de Louis MÉNARD

Louis-Nicolas Ménard, né à Paris le 19 octobre 1822 et mort à Paris le 9 février 1901, est un écrivain et poète français. Condisciple de Baudelaire au lycée Louis-le-Grand, il entra ensuite à l’École normale. Peu après avoir publié en 1843 un ouvrage intitulé « Prométhée délivré » sous le... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto