Poème 'Le saule, la vigne et le chêne' de ATOS

Accueil > Les membres > Page de poésie de ATOS > Le saule, la vigne et le chêne

Le saule, la vigne et le chêne

ATOS

A force de supporter ce qu’ils ont fait de toi.
Dis leur bien que je ne renoncerai pas.

A force de voir que tu es toujours là.
Dis toi bien que je ne te quitterai pas.

La volonté de rester auprès de toi,
Me vient de la force que tu as fait naître en moi.

Cette force je la tiens,
je la saisis, je la plaque et la serre contre toi .
Qu’elle jaillisse et gronde en toi !
Que ma colère devienne ta colère !
Que mon poing qui se lève vers le ciel
Te donne la force de faire un premier pas.

Un pas vers nous,
Un pas pour elle,
Un pas vers moi.

Je tiendrai,
Puisque nous n’avons pas d’autre choix.
Je tiendrai
Malgré les lâches et les sans voie.
Ils prennent ta douleur pour la leur !
Moi de ta douleur ?
Je n’en veux pas !
Je veux être le pouvoir et l’espoir,
Ces larmes et cet ailleurs , je n’en veux pas.
Ils ne te serviront pas.
Ils ne sont que les anges du trépas.

Moi je veux te redire le soleil,
Le saule , la vigne, et le chêne.
Te jurer que je conserve le bruit de tes pas.
Te suivre plus loin que ton ombre
Cette pâle doublure qui croit
Qu’elle n’a plus besoin de toi.

A force de combattre ce que tu n’es pas
Tu seras comme jamais devant moi,
N’en doute pas.

A l’heure où ton ombre reviendra,
A l’instant où tu lui offriras ton bras.
Viendra le jour où tu reviendras chez toi.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2021 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS