Poème 'Le toi du monde' de ATOS

Le toi du monde

ATOS

J’avais conquis la terre,
j’avais conquis le monde.
J’avais cette innocence qui offrait à mes paupières
un pays qui accueillait mon enfance.

J’avais le parfum du ciel dans mes mains.
J’avais au creux de mes reins
une source qui jaillissait de leur tempes.
J’avais à mon ventre le baiser tendre de l’ ange.
J’avais cette faim qui m’apprenait l’éternité de mon chemin.

J’allais de parole folle, et d’une force de loup
du sommet d’une lèvre embrasser le matin de ma chair.

J’avais le cœur dans sur un voiler de roses.
J’avais tout l’océan dans mes bras revenu.
J’avais cette lumière qui habillait la nue.

J’avais conquis la terre,
j’avais conquis le monde,
Mais toi je t’ai perdue,
juste au coin de la rue.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2020 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS