Poème 'Le trou noir' de ATOS

Le trou noir

ATOS

L’anéantissement de soi se produit lorsqu’on réalise l’insuffisance qu’il y a d’exister dans un monde trop étroit. Le manque de soi devient un point de finitude. Un silence qui heurte le chaos d’une vile et illusoire plénitude. C’est peut être par là que disparaissent les étoiles. Dans cette béance, à cette bouche obscure et pantelante. Mais qui peut dire si elles ne s’y échappent pas ?

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Sonnet du trou noir (Pays de Poésie, 8-8-13)
    --------------------------

    Un érudit rêva qu’il était un trou noir.
    Ce jour-là, on fêtait la sainte Madeleine,
    Et le trou noir était plus gros qu’une baleine,
    Aspirant le réel ainsi qu’un entonnoir.

    Le lendemain matin, notre homme de savoir
    Alla se promener sur les quais de la Seine,
    Espérant vaguement y croiser un mécène
    Ou bien, à la rigueur, un valet du pouvoir.

    Sur les quais de la Seine abondent les touristes,
    Mais les mécènes, non. Bien sûr, c’est un peu triste
    Qu’un rêve aussi joli ne soit pas financé.

    Pourtant les érudits, qui sont infatigables,
    Poursuivent nuit et jour leurs travaux formidables,
    Se changeant en trous noirs, à force de penser.

Rédiger un commentaire

© 2020 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS