Poème 'Le village des granges' de ATOS

Accueil > Les membres > Page de poésie de ATOS > Le village des granges

Le village des granges

ATOS

Dans le ventre de ses granges, le village n’entend pas la nuit.
Il ne sait pas qu’au bas de ses routes des archanges en plein chant font rouler un grand chariot d’ailleurs chargé de cartons blancs, d’étincelles de soies, de fauves en chair, de tapis en ciel, et de longues crinières à l’accroche des vents.
Le village ne sait pas puisqu’il ne rêve pas.
Au matin il priera toujours au fou, au voleur, au bûcher, aux sorcières.
Il gardera encore des routes qu’il ne devine pas.
Ce soir le village repose.
Dire qu’il aurait pu vivre là .
c’est peut être penser comme un regard qui conte au fond de la vie la véritable histoire de la nuit.

Poème préféré des membres

Loic a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS