Poème 'Le Vingt-sept Mai' de Théophile GAUTIER dans 'Poésies nouvelles et inédites'

Le Vingt-sept Mai

Théophile GAUTIER
Recueil : "Poésies nouvelles et inédites"

POUR L’ANNIVERSAIRE DE NAISSANCE DE LA PRINCESSE M…

Paris brûle, la flamme à l’horizon s’élève ;
Cependant Mai revient, Mai rose et parfumé,
Ramenant avec lui l’anniversaire aimé,
Date chère où revit incessamment mon rêve.

Le sang coule !… aux bourgeons monte la jeune sève,
Et l’azur luit au ciel par la poudre enfumé ;
Les oiseaux ont repris leur chant accoutumé,
Comme si le canon ne tonnait pas sans trêve.

Et moi je pense à vous à travers ma douleur ;
Saint-Gratien m’apparaît aux bosquets de Versailles :
Du souvenir sacré rien ne distrait mon cœur.

Mais mon humble jardin, dont croulent les murailles,
N’a rien à vous offrir, tout criblé de mitrailles,
Dans un éclat d’obus que cette pauvre fleur.

Versailles, 27 mai 1871.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Dans le coeur des humains, le souvenir s'élève,
    Comme l'éclat d'un feu dans un antre enfumé.
    Dans tous les lieux auxquels je suis accoutumé,
    Je rencontre, en passant, quelques lambeaux de rêve.

    Les fleurs de mon jardin ont aussi leur mémoire.
    Quand revient une abeille, un bourdon, un grillon,
    Elles semblent sourire au fond de leur sillon
    Que j'aime lire ainsi qu'une ligne d'histoire.

Rédiger un commentaire

Théophile GAUTIER

Portait de Théophile GAUTIER

Pierre Jules Théophile Gautier est un poète, romancier, peintre et critique d’art français, né à Tarbes le 30 août 1811 et mort à Neuilly-sur-Seine le 23 octobre 1872 à 61 ans. Né à Tarbes le 30 août 1811, le tout jeune Théophile garde longtemps « le souvenir des montagnes bleues ». Il a trois ans lorsque sa famille... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto