Poème 'Le violon d’Ingres' de ATOS

Accueil > Les membres > Page de poésie de ATOS > Le violon d’Ingres

Le violon d’Ingres

ATOS

Lorsque le soir respire à la fenêtre de l’orage
on dirait qu’un soupir vous entre dans l’âme.
La confidence d’un parfum peut être
ou bien le savoir d’une halte.
Et si par sa nuit, il vous vient le désir de l’entendre
c’est un portrait de femme qu’il vous tend.
Le lieu reste inconnu, mais le sourire si présent
qu’il passe dans sa rue comme le reflet d’une grâce
en un dernier mouvement.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS