Poème 'Sonnet de Porcelaine' de Renée VIVIEN dans 'La Vénus des aveugles'

Sonnet de Porcelaine

Renée VIVIEN
Recueil : "La Vénus des aveugles"

Le soir, ouvrant au vent ses ailes de phalène,
Evoque un souvenir fragilement rosé,
Le souvenir, touchant comme un Saxe brisé,
De ta naïveté fraîche de porcelaine.

Notre chambre d’hier, où meurt la marjolaine,
N’aura plus ton regard plein de ciel ardoisé,
Ni ton étonnement puéril et rusé…
O frisson de ta nuque où brûlait mon haleine !

Et mon coeur, dont la paix ne craint plus ton retour,
Ne sanglotera plus son misérable amour,
Frêle apparition que le silence éveille !
Loin du sincère avril de venins et de miels,
Tu souris, m’apportant les fleurs de ta corbeille,
Fleurs précieuses des champs artificiels.

Poème préféré des membres

jbigey a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Planète Prozacandra
    ------------

    Notre faune est placide et n’est pas trop vilaine,
    Même les grands félins se laissent apaiser ;
    Aux noirs rhinocéros nous faisons des baisers,
    Nous offrons du fromage aux corbeaux de la plaine.

    Un prophète égaré chevauche une baleine,
    Un poulpe en araignée se laisse déguiser ;
    La paix règne entre nous, faut-il le préciser,
    Bacchus est de la fête, et son cousin Silène.

    D’agréables saisons se montrent tour à tour,
    Quelques festivité célèbrent leur retour ;
    Les roses des jardins se portent à merveille.

    Nous prenons nos cachets, pour nous, c’est essentiel.
    Vive le médecin qui sur notre humeur veille !
    Ce bonheur, peu nous chaut qu(il soit artificiel.

Rédiger un commentaire

© 2022 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS