Poème 'L’Échafaud' de Théodore de BANVILLE dans 'Rimes dorées'

L’Échafaud

Théodore de BANVILLE
Recueil : "Rimes dorées"

Horreur! à l’heure même où, du poteau qui bouge
Rajustant les étais avec un soin jaloux,
Ces êtres, dans le bruit des marteaux et des clous,
Dressent sinistrement cette machine rouge;

A l’heure où de Charonne et du Petit-Montrouge
Viennent ces curieux, bohèmes et filous,
Qui se repaissent, plus féroces que des loups,
Du festin qu’a voulu l’insatiable gouge;

A l’heure où, devançant le matin hasardeux,
Ils se sont réunis pour ce complot hideux, –
Des mères, sous les yeux de cette même aurore,

Mettent dans cette vie, hélas! pleine de fiel,
De beaux petits enfants sur lesquels brille encore
La majesté de l’Ange et le reflet du ciel!

Juin 1868.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

Théodore de BANVILLE

Portait de Théodore de BANVILLE

Etienne Jean Baptiste Claude Théodore Faullain de Banville, né le 14 mars 1823 à Moulins (Allier) et mort le 13 mars 1891 à Paris, est un poète, dramaturge et critique français. Célèbre pour les « Odes funambulesques » et « les Exilés », il est surnommé « le poète du... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto