Poème 'Les belles filles' de Théodore de BANVILLE dans 'Dans la fournaise'

Les belles filles

Théodore de BANVILLE
Recueil : "Dans la fournaise"

Chansons sur des airs connus

Les belles filles
Air: Giroflé-Girofla

– Oh çà, les belles filles,
Qu’on s’en vienne avec nous!
Laissez là vos aiguilles,
Le printemps est doux.

Avril chante et murmure;
Nous irons dans les bois
Mêler sous la ramure
La danse et les voix!

Narguant l’hiver morose,
Notre coeur chante aussi;
Venez, lèvres de rose!
– Messieurs, grand merci!

Comme ont fait nos aïeules,
Sans souci des amants
Nous irons toutes seules
Dans les bois charmants.

Nous verrons la paresse
Des étangs onduleux,
Dont la brise caresse
Les riants flots bleus.

Et le ciel s’y reflète!
Nous allons, nous allons
Cueillir la violette
Dans les frais vallons.

Nous danserons des rondes,
En livrant au soleil
Nos chevelures blondes
Faites d’or vermeil,

Ayant l’oubli superbe
Dans nos coeurs ingénus,
Et nous sentirons l’herbe
Toucher nos pieds nus!

– Si l’Amour vous rencontre?
– Taisez-vous, taisez-vous!
Si ce chasseur nous montre
Son regard jaloux,

Nous lui dirons: Beau masque,
Porte ailleurs les tourments
Et le bonheur fantasque
De tes faux serments!

Nous courons sous les chênes
Librement, tout le jour,
Sans ennuis et sans chaînes;
Laisse-nous, Amour!

Après nos folles courses,
Dans le creux de nos mains
Nous buvons l’eau des sources
Au bord des chemins.

Et ce sont là nos fêtes,
Garde l’ombre et les pleurs!
De poser sur nos têtes
Des chapeaux de fleurs.

L’heure est charmante et folle;
Mille oiseaux des buissons
A la brise qui vole
Jettent leurs chansons.

Le bois fait sa toilette;
Nous voilà, mais c’est pour
Cueillir la violette;
Bon voyage, Amour!

L’air joyeux nous invite,
Plein de purs diamants,
Envolons-nous bien vite
Dans les bois charmants!

Octobre 1876.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Que tu as de beaux cloportes,
    Gyrovague, girofla,
    Quand ils passent sous ta porte,
    Le printemps est là.
    Dis-moi tous les noms qu'ils portent,
    Gyrovague, girofla,
    -- Ils n'en portent pas.

Rédiger un commentaire

Théodore de BANVILLE

Portait de Théodore de BANVILLE

Etienne Jean Baptiste Claude Théodore Faullain de Banville, né le 14 mars 1823 à Moulins (Allier) et mort le 13 mars 1891 à Paris, est un poète, dramaturge et critique français. Célèbre pour les « Odes funambulesques » et « les Exilés », il est surnommé « le poète du... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto