Poème 'Les Caprices' de Théodore de BANVILLE dans 'Les cariatides'

Les Caprices

Théodore de BANVILLE
Recueil : "Les cariatides"

À LA MANIÈRE DE CLÉMENT MAROT

I

CONGÉ

Çà, qu’on me laisse, Amour, petit maraud.
Va ! donne-moi la paix ; je veux écrire,
À la façon de mon aïeul Marot,
Qui dans son temps n’eut jamais de quoi frire,
Quelques Dizains, car il est temps de rire.
Donc, loin de moi le vulgaire odieux !
Et d’un vaillant effort, s’il plaît aux Dieux,
J’en veux polir, dans mes rimes hardies,
Autant qu’Homère, esprit mélodieux,
En son poëme a fait de rhapsodies.

II

LE VALLON

Dans ce Vallon ne cherchez pas des fleurs,
Ou bien un vol d’insectes vers la nue
Ou le babil des oiseaux querelleurs.
Non, frémissant d’une horreur inconnue
Jusqu’en ses os, la Terre est toute nue.
Rien. C’est le deuil, le silence, la mort,
Et sur le sol, par un constant effort,
Les ouragans ont jeté leur ravage ;
Mais sous le vent avide qui le mord,
Ici grandit un lys pur et sauvage.

III

FÊTE GALANTE

Voilà Silvandre et Lycas et Myrtil,
C’est aujourd’hui fête chez Cydalise.
Enchantant l’air de son parfum subtil,
Au clair de lune où tout s’idéalise
Avec la rose Aminthe rivalise.
Philis, Églé, que suivent leurs amants,
Cherchent l’ombrage et les abris charmants ;
Dans le soleil qui s’irrite et qui joue,
Luttant d’orgueil avec les diamants,
Sur leur chemin le Paon blanc fait la roue.

IV

L’ÉTANG

Dans la clairière ouverte, un vent d’orage
Passait ; le tremble au doux feuillage blanc
De sa morsure avait subi l’outrage ;
Dans le miroir sinistre de l’étang
Se reflétait une lueur de sang ;
Le sombre ciel d’airain qui brûle et pèse
Couvrait de nuit le chêne et le mélèze ;
L’embrasement et la pourpre des soirs
Parmi cette ombre allumaient leur fournaise,
Et j’entendis chanter les Cygnes noirs.

V

LES BERGERS

Amaryllis rit au pâtre Daphnis,
Tout en courant pour rassembler ses chèvres ;
Voici le vieux Damon avec son fils,
Néère ayant une pomme à ses lèvres,
Et l’air est plein de murmure et de fièvres.
Le zéphyr passe, heureux d’éparpiller
Les noirs cheveux ; lasse de sommeiller,
Phyllis accourt vers le chant qui l’attire
Et sous le hêtre on entend gazouiller,
Comme un oiseau, la flûte de Tityre.

VI

PIERROT

Le bon Pierrot, que la foule contemple,
Ayant fini les noces d’Arlequin,
Suit en songeant le boulevard du Temple.
Une fillette au souple casaquin
En vain l’agace avec son œil coquin ;
Et cependant mystérieuse et lisse
Faisant de lui sa plus chère délice,
La blanche Lune aux cornes de taureau
Jette un regard de son œil en coulisse
À son ami Jean Gaspard Deburau.

VII

SÉRÉNADE

Las ! Colombine a fermé le volet,
Et vainement le chasseur tend ses toiles,
Car la fillette au doux esprit follet,
De ses rideaux laissant tomber les voiles,
S’est dérobée, ainsi que les étoiles.
Bien qu’elle cache à l’amant indigent
Son casaquin pareil au ciel changeant,
C’est pour charmer cette beauté barbare
Que remuant comme du vif-argent,
Arlequin chante et gratte sa guitare.

VIII

LA COMÉDIE

Yeux noirs, yeux bleus, cheveux bruns, cheveux d’or,
Beaux chérubins joufflus comme des pommes,
Bouches de rose, amour, espoir, trésor,
Troupeau charmé, fillettes, petits hommes,
Anges et fleurs qu’en souriant tu nommes,
Orgueil humain justement ébloui,
Tous ces bandits à l’œil épanoui,
Sur leurs fronts purs ayant l’aube éternelle,
Battent des mains au vieux drame inouï
Du Commissaire et de Polichinelle.

IX

BAL MASQUÉ

Blancs, jaunes, bleus, roses, comme la foudre,
Les Débardeurs, farouches escadrons
De leurs cheveux faisant voler la poudre,
Passent, nombreux comme des moucherons,
Sous l’ouragan des cors et des clairons.
L’affreux galop furieux se prolonge,
D’un élan fou dans la clarté se plonge,
Chœur effréné qui jamais ne se rompt,
Et, dans un coin pensif, Gavarni songe
Que tout ce peuple est sorti de son front.

X

PARADE

La Saltimbanque aux yeux pleins de douceur
Frappe et meurtrit les cymbales sonores.
Son front, semé de taches de rousseur,
Est plus brûlé que les rivages mores
Et rouge encor du baiser des aurores.
Charmante, elle a des bijoux de laiton ;
Pour égayer son maillot de coton,
Elle a brodé sur sa jupe une guivre ;
Ses cheveux, noirs comme le Phlégéton,
Sont enfermés dans un cercle de cuivre.

XI

ENFIN MALHERBE VINT…

C’était l’orgie au Parnasse, la Muse
Qui par raison se plaît à courir vers
Tout ce qui brille et tout ce qui l’amuse,
Éparpillait les rubis dans ses vers.
Elle mettait son laurier de travers.
Les bons rhythmeurs, pris d’une frénésie,
Comme des Dieux gaspillaient l’ambroisie ;
Tant qu’à la fin, pour mettre le holà
Malherbe vint, et que la Poésie,
En le voyant arriver, s’en alla.

XII

HEINE

Comme Phœbos, après l’avoir branché,
Heine toujours portait la peau sanglante
D’un Marsyas qu’il avait écorché.
Pour un amant de la rime galante
Cette manière est un peu violente.
Ô noirs pavots ! horrible floraison !
Mais le Satyre à la comparaison
Ne peut gagner, s’il entreprend la lutte,
Et les porteurs de lyre ont eu raison
En écorchant le vain joueur de flûte.

XIII

LES PARIAS

Oh ! je voudrais sur leur front innocent
Baiser tous ceux qu’on raille et qu’on opprime !
Dieux ! apporter le malheur en naissant !
Toi qui sais tout, mystérieuse Rime,
Dis-moi pourquoi la tendresse est un crime.
La Terre noire à l’homme triste et vain
Prodigue tout, les blés d’or, le doux vin ;
Mais qu’elle fut une amère nourrice,
L’inépuisable aïeule au flanc divin,
Pour l’Âne triste et pour le doux Jocrisse !

XIV

TRUMEAU

Dans un panneau de la chambre à coucher,
Je me rappelle encore une Diane
Au sein charmant, caprice de Boucher.
Un flot d’Amours chasseurs en caravane
Sourit aux lys de sa chair diaphane ;
À son front pur étincelle un croissant,
Et, sur le bord d’un ruisseau caressant,
On voit briller, nonchalamment jetée,
Sous un rayon de lune éblouissant,
La cuisse blanche et de rose fouettée.

XV

LES ROSES

Lorsque le ciel de saphir est en feu,
Lorsque l’Été de son haleine touche
La folle Nymphe amoureuse, et par jeu
Met un charbon rougissant sur sa bouche ;
Quand sa chaleur dédaigneuse et farouche
Fait tressaillir le myrte et le cyprès,
On sent brûler sous ses magiques traits
Des fronts blêmis et des lèvres décloses
Et le riant feuillage des forêts,
Et vous aussi, cœurs enflammés des Roses !

XVI

IMPÉRIA

Aux longs baisers offrant sa joue imberbe,
Sous les lambris du palais Doria,
Un tout jeune homme en fleur, pâle et superbe,
Est aux genoux charmants d’Impéria,
Tenant ses mains qu’Amour coloria.
Dans les langueurs d’une molle paresse,
Il sait ravir la grande enchanteresse ;
La profondeur vague de l’Océan
En sa prunelle où rit une caresse
Joue, orgueilleuse et folle, et c’est don Juan.

XVII

LE LILAS

Ô floraison divine du Lilas,
Je te bénis, pour si peu que tu dures !
Nos pauvres cœurs de souffrir étaient las :
Enfin l’oubli guérit nos peines dures.
Enivrez-nous, fleurs, horizons, verdures !
Le clair réveil du matin gracieux
Charme l’azur irradié des cieux ;
Mai fleurissant cache les blanches tombes,
Tout éclairé de feux délicieux,
Et l’air frémit, blanc des vols de colombes.

XVIII

HAMLET

Oh ! tu pouvais porter la noble armure
Et, blond héros, faucher au grand soleil
Tes ennemis, comme une moisson mûre,
Et resplendir, aux Dieux même pareil,
Dans la poussière et dans le sang vermeil.
Et cependant, enfant sevré de gloire,
Tu sens courir dans la nuit dérisoire,
Sur ton front pâle, aussi blanc que du lait,
Ce vent qui fait voler ta plume noire
Et te caresse, Hamlet, ô jeune Hamlet !

XIX

LA FORÊT

Enfuyons-nous, mes amis ! se peut-il
Qu’à ces bourgeois le destin nous condamne ?
Allons revoir, dans le rêve subtil
Où son amant se fait gratter le crâne,
Titania baisant la tête d’âne.
Partons, avec nos appâts d’oiseleurs !
Cherchons les doux sommeils ensorceleurs ;
Allons au bois riant où Puck s’attarde,
Voir Fleur des Pois et sur son lit de fleurs
Bottom, avec monsieur Grain de Moutarde.

XX

CHÉRUBIN

Ô Chérubin ! jeunesse, extase, amour,
Toi qu’en jouant Rosine déshabille,
Tu t’éveillais et tu riais au jour,
Et tu suivais, bel ange aux airs de fille,
Affriolé par sa noire mantille,
Fanchette ou bien madame Figaro.
Tu t’enivrais de l’odeur du sureau,
Puis tu posais ton front blanc sur les marbres,
Et tu venais comme un petit chevreau,
Mordre les fleurs et l’écorce des arbres !

XXI

AVEU

Tes folles dents sont cruelles, dit-on,
Mais je te crois mieux qu’un docteur en chaire.
Égorge-moi d’ailleurs, je suis mouton,
Je suis gibier ; chasseresse ou bouchère
Comme on voudra, ta guenille m’est chère.
À manier les ciseaux, Dalila,
Tu fus experte, et le sang ruissela
Pour tes beaux yeux sous les murs de Pergame,
Je le sais bien ; mais quand tu n’es pas là,
Comme on s’ennuie, ô femme ! femme ! femme !

XXII

PALINODIE

Oui, j’ai menti comme tous mes collègues !
Pour faire voir ma bravoure à crédit,
Je t’ai crié : Va ! fuis ! tire tes grègues !
Je t’ai chassé, pauvre petit bandit :
Mais bah ! mettons que je n’avais rien dit.
Prends, si tu veux, la poudre d’escampette,
Lève le camp sans tambour ni trompette,
Je saurai bien te suivre, si tu fuis :
Car, en effet, comme dit le Poète,
Méchant Amour, de ta suite, j’en suis !

XXIII

LE DIVAN

Dans le boudoir où pareils à des strophes
Sont mariés les superbes accords
Des lourds tapis et des sombres étoffes,
L’obscurité de ces profonds décors
Brille et s’allume au flamboiement des ors.
Jeanne est couchée au milieu des fleurs rares ;
Et cependant que ses joyaux barbares
Dans cette nuit jettent des feux sanglants,
Sur les coussins ornés de fleurs bizarres
Un doux rayon fait briller ses pieds blancs.

XXIV

SAGESSE

Sur ce divan couvert d’amples fourrures,
Comme un guerrier vainqueur des Sarrasins
Je me repose, en fermant les serrures,
Puisque j’ai fait mes vingt-quatre dizains.
Muse au beau front couronné de raisins,
Ô Thalia, narguons les élégies !
Oui, je veux fuir, (ce sont là mes orgies,)
Tous les bourgeois, pendant un jour entier ;
J’allumerai des feux et des bougies,
Et je lirai les strophes de Gautier.


Juillet 1842.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

Théodore de BANVILLE

Portait de Théodore de BANVILLE

Etienne Jean Baptiste Claude Théodore Faullain de Banville, né le 14 mars 1823 à Moulins (Allier) et mort le 13 mars 1891 à Paris, est un poète, dramaturge et critique français. Célèbre pour les « Odes funambulesques » et « les Exilés », il est surnommé « le poète du... [Lire la suite]

© 2016 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto