Poème 'Les colombes' de Albert SAMAIN dans 'Au jardin de l'infante'

Les colombes

Albert SAMAIN
Recueil : "Au jardin de l'infante"

Partout la mer unique étreint l’horizon nu,
L’horizon désastreux où la vieille arche flotte ;
Au pied du mât penchant l’Espérance grelotte,
Croisant ses bras transis sur son coeur ingénu.

Depuis mille et mille ans pareils, le soir venu,
L’Ame assise à la barre, immobile pilote,
Regarde éperdument dans l’ombre qui sanglote
Ses colombes s’enfuir vers le port inconnu.

Elles s’en vont là-bas, éparpillant leurs plumes
A travers le vent fou qui les cingle d’écumes,
Ivres du vol sublime enfermé dans leurs flancs ;

Et, chaque lendemain, au jour blême et cynique,
L’arche voit surnager leurs doux cadavres blancs,
Les deux ailes en croix sur la mer ironique.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Sagesse des colombes
    -------------------------

    La colombe d'argent consulte l'azur nu :
    Elle y croit discerner la menace qui flotte ;
    Déjà sévit le froid, sous lequel on grelotte :
    Faudra-t-il donc voler vers des lieux inconnus ?

    Le lion d'or de l'Afrique est, ce matin, venu ;
    Il voyagea de nuit, aux cris de la hulotte,
    Que d'ailleurs il comprend, car il est polyglotte.
    Avec Dame Colombe il s'est entretenu.

    L'oiseau disait, songeur, en se lissant les plumes ;
    -- Cet horizon paisible a des reflets d'écume,
    Or, j'y vois un présage, et le crois inquiétant.

    Le roi des animaux, de sa voix qui rassure,
    A calmé le tourment de la colombe pure :
    -- Ce n'est rien ; c'est, dit-il, l'annonce du printemps.

Rédiger un commentaire

© 2022 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS