Poème 'Les hopis, le peuple de la paix' de ATOS

Accueil > Les membres > Page de poésie de ATOS > Les hopis, le peuple de la paix

Les hopis, le peuple de la paix

ATOS

un pas devant l’autre
et l’espoir de l’autre à tes côtés
la ville défile ce qu’elle a tissé

toujours un pas devant l’autre
et de l’autre la faim pas oubliée
la clim tourne à son propre régime
en-cas de ras de marée :
y a plus de règles
y a que des mots d’ordre
l’argent toujours ignore le rez de chaussée…

Plein emploi d’affiches, de néons, de vitrines,
partout des mots pré-fabriqués
Leurs chantiers prennent nos quartiers
Ici les usines tournent toujours à plein régime
Plein emploi de toutes les stupidités
Les écrans restent à plat sur nos rêves,
partage l’info :
la mer monte camarade !
Et c’est parce que la terre a la nausée.

Et dans les arbres il n’y aura pas de place pour tout le monde
Ceux qui possèdent du lourd seront sauvés
ceux qui sont les plus légers sont déjà relégués
L’issue de secours ? C’est pas l’escalier !
L’échelle sociale c’est une affaire de grenouille
et la grenouille en eaux troubles elle ne sait pas nager !
On aura beau danser, onduler
ici, dans la réserve même les crotales sont médusés
la pluie ne cessera plus de tomber.
Encore un pas devant l’autre
et l’espoir de l’autre à tes côtés
la ville pense ses plaies
chimie, atome, prospérité fossile,
terres rares, carbone, austérité docile
humanité reléguée sous le bitume des sables consommés.

Partage l’info camarade :
Ceux qui possèdent du lourd seront sauvés
les usines tournent à plein régime
et dire que c’est notre folie qui les fait toujours tourner…

Quand la mer monte camarade…
il n’y a que sur notre bon vouloir qu’on pourra voguer.

« Tout corps plongé dans un liquide subit, de la part de celui-ci,
une poussée exercée du bas vers le haut et égale, en intensité,
au poids du volume de liquide déplacé… »

Quand la mer monte
c’est la colère et c’est la honte
dans ces cas là
c’est à l’espoir qu’il faudra toujours bien t’accrocher.

Plein emploi d’affiches, de néons, de vitrines,
partout des mots pré-fabriqués
Leurs chantiers prennent nos quartiers
Ici les usines tournent toujours à plein régime
Plein emploi de toutes les stupidités
Les écrans restent à plat sur nos rêves,
partage l’info :
la mer monte camarade !
C’est parce que la terre a la nausée.

09.2018

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2020 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS