Poème 'Fiona' de guillaumePrevel

Fiona

guillaumePrevel

Voilà le visage hideux de la misère
Humaine; qui refait une nouvelle fois surface
Dans sa plus sordide expression; celle qui glace
Par l’atrocité des faits qu’elle génère

L’assassinat insupportable d’une enfant
Par ceux là même qui devaient la chérir et la protéger
Et qui sans remords ni regrets l’ont abandonné
Sans vergogne; à la lisière d’une forêt d’arbres géants

Pure, tendre et innocente Fiona
Ton sourire à jamais restera
Dans ma mémoire assassinée et meurtrie.

À présent que ta voix est devenue pour nous silencieuse
Tu joues (je l’espère) auprès des anges de ta joie rieuse
Petite Fiona, j’aurais aimé pour te protéger, être ton papa.

27 septembre 2013

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS