Poème 'Les lettres de sable' de ATOS

Accueil > Les membres > Page de poésie de ATOS > Les lettres de sable

Les lettres de sable

ATOS

Si tu reçois mon frère
ces lettres de sable qui coulent obstinément
c’est parce qu’il doit s’écrire la dignité qui nous tient lieu d’être vivant.

Alors, nous allons tenir mon frère,
cette poignée de sable qui coule entre nos mains.

Nous écoutons son temps et comprenons la douleur de son sang

Aussi petit soit notre espoir
aussi fragile soit notre chant
grand sera demain cet arbre sous lequel nous parlerons ensemble à nos enfants.

Et je si reçois mon frère
ces larmes de sable qui coulent depuis si longtemps
c’est parce qu’il doit se lire la vérité qui s’adresse aux vivants..

Nous partageons le sable mon frère, comme le ciel partage les vents
sans contraires, sans haines ni colères,
Nomades de la Terre

On doit s’aimer mon frère,
comme une promesse de pluie faite au désert

On doit marcher mon frère
contre cette immense dune de pierres

On nous apprend à partager des tombeaux
à nous d’inventer demain les mots qui sauront les refermer.

Le silence des mots jette les morts si loin du repos.

Alors, nous allons tenir mon frère,
ni à genoux,
ni face contre terre,
ni tête contre des pierres,
nous allons tenir mon frère
à ce qu’en l’homme il reste toujours et encore de plus haut.

Nous allons tenir l’un à l’autre,
debout, mon frère,
comme ces lettres à notre peau.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2021 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS