Poème 'Les nymphes' de Jean LORRAIN dans 'La forêt bleue'

Les nymphes

Jean LORRAIN
Recueil : "La forêt bleue"

À Jean Richepin.

Toi, tu dois les aimer, les grands ciels de septembre,
Profonds, brûlants d’or vierge et trempés d’outremer.
Où dans leurs cheveux roux les naïades d’Henner
Tendent éperdument leur buste qui se cambre.

La saveur d’un fruit mûr et la chaleur de l’ambre
Vivent dans la souplesse et l’éclat de leur chair,
Et le désir de mordre est dans leur regard clair,
Dans l’étirement âpre et lassé de leur membre.

Leur prunelle verdâtre, où nagent assombris
Le reflet de la source et le bleu des iris,
A le calme accablant des lentes attirances.

On rêve des baisers qui seraient des souffrances,
Des hymens énervants et longs, les reins taris…
Ô nymphe, ô source antique aux froides transparences !

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

Jean LORRAIN

Portait de Jean LORRAIN

Paul Alexandre Martin Duval, dit Jean Lorrain, est un écrivain français à très forte tendance parnassienne, né à Fécamp le 9 août 1855 et mort à Paris le 30 juin 1906.
Jean Lorrain a été l’un des écrivains scandaleux de la Belle Époque, au même titre que Rachilde, Hugues Rebell et Fabrice Delphi. Ses œuvres peuvent... [Lire la suite]

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS