Poème 'Narcissus' de Jean LORRAIN dans 'L'ombre ardente'

Narcissus

Jean LORRAIN
Recueil : "L'ombre ardente"

Ni les douces langueurs des flûtes et des lyres,
Ni les parfums mourants des vagues encensoirs
En cadence envolés dans le calme des soirs,
Ni les bras frais et nus ni les savants sourires

Ne peuvent rallumer le feu des vains espoirs
En mon coeur et, lassé d’amours et de délires
Factices, blond éphèbe effroi des hétaïres
Jalouses, j’ai posé mon front dans tes lys noirs.

Et les lys vénéneux, fleurs d’ombre et de ténèbres,
Sur ma tempe entr’ouvrant leurs calices funèbres,
M’ont appris mon infâme et chaste déshonneur ;

Et, descendu vivant dans l’horreur de mon être,
J’ai savouré l’étrange et suave bonheur
De pouvoir me haïr, ayant pu me connaître.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

Jean LORRAIN

Portait de Jean LORRAIN

Paul Alexandre Martin Duval, dit Jean Lorrain, est un écrivain français à très forte tendance parnassienne, né à Fécamp le 9 août 1855 et mort à Paris le 30 juin 1906.
Jean Lorrain a été l’un des écrivains scandaleux de la Belle Époque, au même titre que Rachilde, Hugues Rebell et Fabrice Delphi. Ses œuvres peuvent... [Lire la suite]

© 2020 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS