Poème 'Relent d’amour' de Jean LORRAIN dans 'L'ombre ardente'

Relent d’amour

Jean LORRAIN
Recueil : "L'ombre ardente"

Beauté tragique et vénéneuse,
Genèvre, Ô pale empoisonneuse
Dont les refus lents et savants

M’ont appris l’amère ironie
Des vains désirs à l’agonie
De l’amour même survivants,

Je hais et maudis ta mémoire,
Coupe d’or où ne veut plus boire
Mon coeur las, altéré d’oubli.

Déjà lointaine comme un songe,
Tu n’étais plus qu’un vain mensonge
Dans mon sépulcre enseveli…

Quand voilà qu’une bagatelle,
Le fréle éventail de dentelle
Dans mes main tombé par hasard,

M’emplit de ton odeur aimée,
Relent de ta chair embaumée,
Parfum de benjoin et de fard…

Et soudain tiré de l’abîme,
Pareil à l’antique victime
Engraissée aux caveaux sacrés,

Comme une bête qu’on égorge,
Je reviens en tendant la gorge,
Pleurer sur tes pieds adorés.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

Jean LORRAIN

Portait de Jean LORRAIN

Paul Alexandre Martin Duval, dit Jean Lorrain, est un écrivain français à très forte tendance parnassienne, né à Fécamp le 9 août 1855 et mort à Paris le 30 juin 1906.
Jean Lorrain a été l’un des écrivains scandaleux de la Belle Époque, au même titre que Rachilde, Hugues Rebell et Fabrice Delphi. Ses œuvres peuvent... [Lire la suite]

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS