Poème 'La Chimère' de Jean LORRAIN dans 'L'ombre ardente'

La Chimère

Jean LORRAIN
Recueil : "L'ombre ardente"

Pour Gustave Moreau.

La Chimère indomptable aux yeux profonds et bleus,
Abîmes rayonnants dans un visage d’homme,
Des lointaines Memphis aux Babels qu’on renomme,
Droite, appuie au Zénith ses quatre pieds en feux.

Son poitrail qui se cabre et ses jarrets nerveux
Emportent par le gouffre, où l’air siffle et s’enflamme,
Lascif et douloureux, un souple corps de femme
Nue et flottant dans l’ombre entre ses lourds cheveux.

Les crins d’or de la bête et la toison d’aurore
De la femme en extase, embrasant l’air sonore,
Font une aube de gloire au fond du ciel obscur.

Le vertige les tord et, dardant sa prunelle,
Les bras autour du cou du monstre aux yeux d’azur,
S’enfonce dans la nuit la Rêveuse éternelle.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. beau poeme tres enrichissant

  2. Multiples chimères (Pays de Poésie 17-5-14)
    -----------------------

    Élever plusieurs chimères,
    C’est mon travail de rimeur ;
    Leurs âmes parfois amères
    Ont des mouvements charmeurs.

    Chaque chimère éphémère
    Chante ses propos trompeurs,
    Chante ses propos sommaires
    Puis se noie dans la torpeur.

    Parfois, l’une d’elles reste
    (Est-ce une chose funeste ?)
    Au jardin, parmi les fleurs.

    Elle goûte la chaleur,
    Les parfums qui se mélangent
    Et ce sonnet bien étrange.

  3. Gustave Doré voit un caudicéphale
    -----------------------------------------

    C'est le caudicéphale en sa ménagerie,
    Qui, scrutant un blason de sa figure orné,
    Ne sait guère s'il doit se dire contourné ;
    Mais sa question confine à la chinoiserie.

    Caudicéphale, viens nous voir en Héraldie,
    Et nous te transmettrons notre art de blasonner ;
    Des écus que chez nous tu verras foisonner,
    Ta personne en sera bientôt ragaillardie.

    Or, ce monstre, il est vrai, n'aime point la magie,
    Ni celle des drapeaux, ni celle des blasons,
    Alors, il est parti dormir sur le gazon,
    Abruti qu'il était par sa polyphagie.

Rédiger un commentaire

Jean LORRAIN

Portait de Jean LORRAIN

Paul Alexandre Martin Duval, dit Jean Lorrain, est un écrivain français à très forte tendance parnassienne, né à Fécamp le 9 août 1855 et mort à Paris le 30 juin 1906.
Jean Lorrain a été l’un des écrivains scandaleux de la Belle Époque, au même titre que Rachilde, Hugues Rebell et Fabrice Delphi. Ses œuvres peuvent... [Lire la suite]

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS