Poème 'Devant un Frantz Halls' de Jean LORRAIN dans 'L'ombre ardente'

Devant un Frantz Halls

Jean LORRAIN
Recueil : "L'ombre ardente"

Dans un corps baleiné, renflé comme un ciboire,
Tout de satins crémeux et d’opaques velours,
C’est une dame étrange aux traits heurtés et courts,
D’une laideur fantasque et rare de grimoire.

En sa jupe espagnole à la fois blanche et noire
Elle a l’air de sourire aux baroques amours
Et montre avec orgueil, entre les tuyaux lourds
De sa fraise, une gorge aux tons de vieil ivoire.

Bouche épaisse et gourmande, oeil dévot, air narquois,
Elle rit et d’un geste auguste et fier d’Infante
Elle pince un bouton de rose entre ses doigts.

De sa mine falote, heureuse et triomphante,
Elle rit, se sachant, à défaut de traits droits
Et fins, une laideur en voluptés savante.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

Jean LORRAIN

Portait de Jean LORRAIN

Paul Alexandre Martin Duval, dit Jean Lorrain, est un écrivain français à très forte tendance parnassienne, né à Fécamp le 9 août 1855 et mort à Paris le 30 juin 1906.
Jean Lorrain a été l’un des écrivains scandaleux de la Belle Époque, au même titre que Rachilde, Hugues Rebell et Fabrice Delphi. Ses œuvres peuvent... [Lire la suite]

© 2018 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS