Poème 'Récurrence' de Jean LORRAIN dans 'L'ombre ardente'

Récurrence

Jean LORRAIN
Recueil : "L'ombre ardente"

Enchanteurs et sorciers, Mantegna, Léonard !
Des sourires de femme apparus dans les Louvre
Plus d’un porte une plaie au flanc, qui pleure et s’ouvre
Et lui fait un front blême et le geste hagard.

Ce bleu sombre et profond du ciel dans le regard,
Ces lèvres de Vinci férocement royales,
Ces cheveux roux nimbés de perles et d’opales
Ont fait de ma jeunesse une souffrance d’art.

Désormais obsédé des grâces captivantes
Des Mortes, insensible aux charmes des vivantes,
Mon coeur au seul Passé veut trouver des attraits ;

Et, comme un envoûté des gothiques magies,
En proie aux vains regrets des vaines nostalgies,
Je suis un triste et fol amant d’anciens portraits.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. ... et jaloux de Dorian Gray.

  2. Lumière éternelle
    ----------

    J'admire Léonard
    Quand je me rends au Louvre ;
    Tout un univers s'ouvre
    Engendré par son art.

    Je croise le regard
    D'une muse royale ;
    Mais son âme d'opale
    Trouble mes yeux hagards.

    Sa douceur captivante
    Prouve qu'elle est vivante ;
    C'est son plus bel attrait.

    Quelle étrange mage
    Teintée de nostalgie
    Dans un simple portrait !

    ---------------------------------------------------------------

    Vaine application
    ----------

    Vers vingt ans, nous avions des leçons de portrait.
    Une tendre Vénus nous servait de modèle ;
    Nous cherchions, de nos traits que nous voulions fidèles,
    À capturer la fleur de ses charmants attraits.

    L’occasion de souffler, de temps en temps, s’offrait.
    Le professeur disait : « Voyez, mademoiselle,
    Comment ces jouvenceaux et cette jouvencelle
    Ont vu votre beauté, ce qu’ils en ont extrait. »

    La plupart des portraits étaient plaisants à voir,
    Leurs auteurs possédant déjà quelque savoir ;
    Cependant, mes efforts et ceux de ma voisine

    Eurent un résultat si caricatural
    Que la fière Vénus, au maintien sculptural,
    N’éprouva que stupeur, face aux oeuvres porcines.

Rédiger un commentaire

Jean LORRAIN

Portait de Jean LORRAIN

Paul Alexandre Martin Duval, dit Jean Lorrain, est un écrivain français à très forte tendance parnassienne, né à Fécamp le 9 août 1855 et mort à Paris le 30 juin 1906.
Jean Lorrain a été l’un des écrivains scandaleux de la Belle Époque, au même titre que Rachilde, Hugues Rebell et Fabrice Delphi. Ses œuvres peuvent... [Lire la suite]

© 2021 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS