Poème 'Les rides' de charlentoine

Les rides

charlentoine

Se peut-il que le Temps – bévue inexplicable-
Ai cru, si sottement, pouvoir vous faire affront
En laissant se faner le lys de votre front
Et vos yeux s’envahir d’une ombre irrévocable ?

Vous avez aujourd’hui, dessous vos cheveux blancs,
La fatigue du soir, après un long voyage,
Quelque chose de las, mélancolique et sage,
Qui donne à vos soupirs un écho plus troublant.

J’aime, du bout des doigts, lire de chaque ride,
En un geste léger plus tendre qu’un baiser,
Le tracé sinueux de cette éphéméride.
J’y vois des souvenirs, si prompts à s’embraser,

Des étreintes, des cris, des larmes et des rires
Que la vie n’a cessé, sur votre âme, d’écrire.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Oh ! c'est beau !
    Merci pour cet éloge des traces du temps sur notre humanité

  2. Merci Fabienne de me lire. Amitiés.

Rédiger un commentaire

© 2020 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS