Poème 'Les Théatres d’enfants' de Théodore de BANVILLE dans 'Odes funambulesques'

Les Théatres d’enfants

Théodore de BANVILLE
Recueil : "Odes funambulesques"

Bonsoir, chère Évohé. Comment vous portez-vous ?
Vous arrivez bien tard ! Comme vos yeux sont doux
Ce soir ! deux lacs du ciel ! et la robe est divine.
Quel écrin ! vous aimez Diaz, on le devine.
Vos poignets amincis sortent comme des fleurs
De cette mousseline aux replis querelleurs ;
Ce col simple est charmant, ce chapeau de peluche
Blanche, ce tour de tête avec son humble ruche,
Vous donnent, ma déesse, un air tout virginal,
Et chez vous Gavarni complète Juvénal.
Vous marcheriez sans bruit parmi les feuilles sèches,
Et si jamais l’enfant Éros manque de flèches,
Il vous demandera les cils de cet oeil noir.
Quel dommage qu’il soit déjà samedi soir,
Et qu’il faille chanter, ô ma Muse folâtre !
Car je vous aurais dit:  » Le feu brille dans l’âtre,
La verte salamandre y sautille en rêvant ;
Laissons tomber la pluie et soupirer le vent,
Car les sophas sont doux loin des regards moroses,
Et nos verres de vin sont pleins de rayons roses.  »
Mais Karr peut seul flâner aux grèves d’Étretat.
Un dieu ne nous fit pas ces loisirs: notre état,
C’est de fouetter au sang, comme Croquemitaine,
Tous les petits vauriens, d’une façon hautaine.
Nous leur faisons bien peur ! Heureusement je vois
Que mon Croquemitaine, avec sa grosse voix,
Avale à belles dents les bonbons aux pistaches,
Porte des bas à jour et n’a pas de moustaches.
La moustache irait mal avec sa douce peau.
Mais nous perdons du temps ! Jetez là ce chapeau,
La robe, les jupons; tirez cette baleine,
Ce bas de cachemire avec sa blanche laine ;
Otez ce joyau d’or et ce petit collier.
Il faut, ma chère enfant, vous mettre en cavalier.
Nous allons dans un bouge où, tout le long du drame,
L’on est fort exposée en costume de femme.
Passez ce pantalon et ces bottines, qui
Viennent de chez Renard et de chez Sakoski ;
Cachez votre beau sein dans un gilet bien juste.
Ce frac va déguiser tous les trésors du buste.
Bien. Maintenant, prenez, comme les plus ardents,
Le twine sur le bras et le cigare aux dents;
Faites mordre à propos par l’épingle inhumaine
Vos cheveux d’or. C’est tout. Venez, et Dieu nous mène !
Le Tartare des Grecs, où le cruel Typhon
Les cent gueules en feu paraît encor bouffon ;
Tobolsk, la rue aux Ours, qui n’a pas de Philistes,
L’enfer, où pleureront les matérialistes,
La Thrace aux vents glacés, les monts Hymalaïa,
L’hôtel des Haricots, Saint-Cloud, Batavia,
Mourzouk, où l’on rôtit l’homme comme une dinde,
Les mines de Norwège et les grands puits de l’Inde,
Asiles du serpent et du caméléon,
L’Etna, Botany-Bay, l’Islande et l’Odéon
Sont des Édens charmants et des pays du Tendre,
A côté de l’endroit où nous allons nous rendre.
Nulle part, fût-ce même au fond de la Cité,
L’Impudeur, la Débauche et la Lubricité,
La Luxure au front blanc creusé de cicatrices,
Et le Libertinage avec ses mille vices,
Ne dansèrent en choeur ballets plus triomphants !
C’est ce que l’on appelle un Théâtre d’enfants.
Figure-toi, lecteur, une boîte malsaine ;
Des lauriers de papier couronnent l’avant-scène,
Et vous voyez se tordre avec un air moqueur
Des camaïeus bleu tendre à soulever le coeur.
Quatre violons faux grincent avec la flûte,
La clarinette beugle, et dans leur triste lutte
Le cornet à piston survient tout essoufflé,
Comme un cheval boiteux pris dans un champ de blé,
Et qui, les yeux hagards, s’enfuit avec démence.
Mais le rideau se lève et la pièce commence.
Des petits malheureux affublés d’oripeaux,
Infirmes, rabougris, et suant dans leurs peaux,
Récitent une prose à crier:  » A la garde !  »
Et brament des couplets d’une voix nasillarde.
La scrofule a détruit les ailes de leur nez ;
Leur joue est molle et tombe en plis désordonnés ;
Les yeux tout chassieux prennent des tons d’absinthe,
Et l’épine dorsale a l’air d’un labyrinthe.
Ils sautent au hasard comme de petits faons.
Vous, homme simple et bon, rien qu’à voir ces enfants,
Estropiés sans doute et battus par leurs maîtres,
Vous les plaignez déjà, ces pauvres petits êtres !
Mais un monsieur bien mis, un abonné du lieu,
Qui hante la coulisse et fait le Richelieu,
Vous apprend que ces nains, dont la race fourmille,
Ont cinquante ans et sont des pères de famille.
Ils grisonnent; ils sont comme vous, chers lecteurs,
Gardes nationaux, poëtes, électeurs,
Et portent des faux cols; c’est le vice précoce
Qui les a desséchés comme un pois dans sa cosse ;
Leur femme, déjà vieille, élève un rossignol,
Et l’un d’eux est orné de quelque ordre espagnol.
A ces mots, voyant clair dans ce honteux arcane,
Honnête citadin, vous prenez votre canne,
Et le sage parti, trois fois sage en effet,
De fuir en maudissant le maire et le préfet,
A moins que, comme nous, aimant l’allégorie,
Vous ne restiez pour voir la fantasmagorie.
C’est un spectacle heureux et d’un effet hardi.
Il ne vous montre pas la lune en plein midi,
Mais il donne le droit d’éteindre les chandelles.
L’amour est libre alors et vole à tire-d’ailes,
Et l’on peut souhaiter un endroit écarté
Où de n’être pas chaise on ait la liberté.
Serrez-vous contre moi, chère Évohé, ma muse !
Voici l’heure où bientôt l’habit qui les abuse
Va devenir utile, abominablement.
Trois fois heureux encor si ce déguisement,
A dessein médité pour ce moment critique,
Peut éloigner de vous ce public éclectique!
Donc, à ces cris que pousse en mourant la vertu,
Honteuse de mourir sans avoir combattu,
Au bruit de ces soupirs qu’un faible écho répète,
Sauvons-nous au hasard sans tambour ni trompette !
Allons chez nous, ma mie, ô ma Muse à l’oeil bleu !
Et, la main dans la main, lisons au coin du feu,
Cependant qu’au dehors le vent siffle et détonne,
Les Chants du crépuscule et Les Feuilles d’automne.
Car, tandis que là-bas l’enfance, sous le fouet,
A de honteux vieillards sert de honteux jouet,
Il est doux de revoir, dans les odes écloses,
Les beaux petits enfants sourire avec les roses,
Et la mère au beau front pour ce charmant essaim
Répandre sans compter les perles de son sein ;
Et d’écouter en soi chanter avec les heures
L’harmonieux concert des voix intérieures !

Décembre 1845.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Your article must be popular. If it’s not it really should be because you have really loaded up this article with impressive information. Keep up the great writing. Thank you. jcpenney formal dresses http://dryer28card.webnode.com/news/gorgeous-party-attire-which-are-sure-to-make-heads-turn/

Rédiger un commentaire

Théodore de BANVILLE

Portait de Théodore de BANVILLE

Etienne Jean Baptiste Claude Théodore Faullain de Banville, né le 14 mars 1823 à Moulins (Allier) et mort le 13 mars 1891 à Paris, est un poète, dramaturge et critique français. Célèbre pour les « Odes funambulesques » et « les Exilés », il est surnommé « le poète du... [Lire la suite]

© 2016 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto