Poème 'L’évasion' de ATOS

L’évasion

ATOS

Celui qui entre dans l’immortalité des jours n’aura besoin ni de plan, ni de courage, ni d’espoir, il n’aura besoin que d’une seule arme : l’invention d’un langage, la seule arme capable de briser l’écho perpétuel de la mémoire.
Si penser est dire, dire c’est éclairer, non pas pour découvrir une issue qui ne saurait se soumettre qu’ à son sens, mais pour créer une ouverture par une déchirure de la langue afin que par son épissure la première lettre puisse se libérer d’une illusoire vraisemblance et puisse déclarer une méconnaissance de toute réalité.
Penser c’est donc rendre mortel le passé, soumettre le présent à cette idée, et proclamer l’avenir naissant dans une totale liberté.
Toute pensée qui ne se proclame immortelle condamne l’esprit à se perdre dans une absurdité mécanique qui voue son avenir à la perpétuité de son passé.
Il ne s’agit donc plus de décrypter nos actes d’accusation mais d’intenter maintenant notre écriture en action.

Poème préféré des membres

VVAL et FAB ont ajouté ce poème parmi leurs favoris.

Commentaires

  1. Magnifique ! J'adore ce texte !!!

Rédiger un commentaire

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS