Poème 'Logique humaine' de PhulanKile

Logique humaine

PhulanKile

la fée dormait encore, mais la ville existait déjà
Comme l’existence du corps, et le travail faisait loi.
Nos croyances étaient encore sujettes aux émois
Loi des rois, loi de l’écrit, loi de la foi

Nous sommes encore des hommes
qui tendrement s’endorment
qui, honnêtement, s’étonnent
que l’ennui en ces temps ne soit pas la norme

Comment faisaient-ils, nos ancêtres
étaient-ils futiles ou voir bêtes
Ne connaissaient-ils que moissons et fêtes
ou espéraient-ils le Progrès des êtres.
Mais comment établissaient-ils leurs visions
du terrible monde qui les entouraient
Comment ? Ne voulaient-ils pas sortir, voir la télévision
pour se divertir, perdre ce sérieux si laid.

Ô la vie n’était pas drôle
il n’y avait même pas l’égalité
et pourtant nul n’était aphone ou troll
et les vacances n’étaient pas inventées.


Frêne 29 ventôse 213
20 mars 2005

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2021 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS