Poème 'Margot' de Théodore de BANVILLE dans 'Sonnailles et Clochettes'

Margot

Théodore de BANVILLE
Recueil : "Sonnailles et Clochettes"

Grosse Margot, blanche nourrice,
Qu’adorait, en son fier caprice,
Le bon rimeur Villon,
Sur toi, sa conquête et sa proie
Et le navire de sa joie,
Flotte son pavillon!

En son âme dévotieuse,
Il t’estimait plus précieuse
Que de l’or en lingot
Et, mieux qu’une chair de princesse,
Il aimait et choyait sans cesse
Ton sein, grosse Margot!

Si bien qu’en ta jupe de laine,
Immortelle comme une Hélène,
Ravis, nous te voyons
Avec ta glorieuse allure,
Et que ta lourde chevelure
Est pleine de rayons.

Lui, le génie, et toi, la gouge,
Vous buviez à flots du vin rouge,
Plein de rubis ardents,
Fleurant comme des violettes,
Et la pourpre des gouttelettes
Ruisselait sur tes dents.

Maintenant, ô perle des filles,
Tu resplendis encor, tu brilles,
Comme de l’or moulu,
Lorsque sur du cuivre on l’applique,
Par cette raison sans réplique:
Ton François l’a voulu.

Oui, ce grand Villon t’a choisie,
Comme un dieu de la poésie,
Recueillant son butin,
Choisit la fille de Tyndare;
Car il chantait comme Pindare,
A Paris, près Pantin!

25 août 1888.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Un petit chat prit pour nourrice
    (Et ce ne fut pas un caprice)
    La douce Margoton.
    Et les habitants du village
    Venant admirer son corsage
    Devinrent fous, dit-on.

    Mais les épouses et les vierges,
    Les mégères et les concierges
    Tuèrent le chaton ;
    Brassens en a fait un poème,
    Une courte chanson dont j'aime
    La saveur et le ton.

Rédiger un commentaire

© 2018 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS