Poème 'Même en deuil pour cent trahisons' de Théodore de BANVILLE dans 'Les cariatides'

Accueil > Les poètes > Poèmes et biographie de Théodore de BANVILLE > Même en deuil pour cent trahisons

Même en deuil pour cent trahisons

Théodore de BANVILLE
Recueil : "Les cariatides"

Même en deuil pour cent trahisons,
À vos soleils nous embrasons
Nos cœurs meurtris, jeunes saisons !

Ô premières roses trémières !
Ô premières amours ! Premières
Aurores, aux riches lumières !

Malgré l’hiver et les autans,
Ressuscitent, vainqueurs du temps,
Vos étés aux cheveux flottants !


Juin 1842.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2018 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS