Poème 'Menuet' de Francis JAMMES dans 'Vers'

Menuet

Francis JAMMES
Recueil : "Vers"

À M. A. Planté.

Les violes grincent,
Et les clavecins.
Dans le salon bleu, les marquis très minces,
Les clames nu-seins,
Avec des roideurs de marionnettes
Muettes
Font un menuet
Muet.

Ô têtes poudrées !
Les larges yeux noirs,
Près du foyer clair aux larges flambées,
Sont vos purs miroirs :
Sur ces miroirs noirs de perruques roses
Se pose
Un miroitement
Charmant.

Dans le parc bleuâtre
Où pleure un jet d’eau,
Du salon dansant, on peut voir s’ébattre
Des robes Watteau.
Pour fuir les galants, grimpent aux échelles
Des belles,
Laissant voir leurs bas
D’en bas.

Monsieur de Voltaire
Est d’un grand talent.
Il fait avec goût les rimes légères,
Et, voûté, tremblant,
Avec son visage aux rides de pomme,
Cet homme,
Cet homme est vraiment
Charmant.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

Francis JAMMES

Portait de Francis JAMMES

Francis Jammes (prononcer [jam] et non [djèms]), né à Tournay (Hautes-Pyrénées) le 2 décembre 1868 et mort à Hasparren (aujourd’hui Pyrénées-Atlantiques) le 1er novembre 1938, est un poète français, également romancier, dramaturge et critique. Il passa la majeure partie de son existence dans le Béarn et le Pays basque,... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto