Poème 'Mississipi' de Aimé CÉSAIRE dans 'Soleil coup coupé'

Mississipi

Aimé CÉSAIRE
Recueil : "Soleil coup coupé"

Hommes tant pis qui ne vous apercevez pas que mes yeux
se souviennent
de frondes et de drapeaux noirs
qui assassinent à chaque battement de mes cils

Hommes tant pis qui ne voyez pas qui ne voyez rien
pas même la très belle signalisation de chemin de fer que
font sous mes paupières les disques rouges et noirs du
serpent-corail que ma munificence love dans mes larmes

Hommes tant pis qui ne voyez pas qu’au fond du réticule
où le hasard a déposé nos yeux
il y a qui attend un buffle noyé jusqu’à la garde des yeux
du marécage

Hommes tant pis qui ne voyez pas que vous ne pouvez
m’empêcher de bâtir à sa suffisance
des îles à la tête d’œuf de ciel flagrant
sous la férocité calme du géranium immense de notre
soleil.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2018 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS