Poème 'Mon âme, à Dieu, quoi que le coeur m’en fende' de Vincent VOITURE

Accueil > Les poètes > Poèmes et biographie de Vincent VOITURE > Mon âme, à Dieu, quoi que le coeur m’en fende

Mon âme, à Dieu, quoi que le coeur m’en fende

Vincent VOITURE

Mon âme, à Dieu, quoi que le coeur m’en fende,
Et que l’Amour de partir me défende,
Ce traître honneur veut pour me martyrer,
Par un départ nos deux coeurs déchirer,
Et de laisser ton bel oeil me commande.

Je ne veux pas qu’en larmes tu t’épande,
Et sans qu’en rien ton amour appréhende,
Dis-moi gaiement, sans plaindre et soupirer,
Mon âme, à Dieu.

Car je te laisse, et je te recommande
De mon esprit la partie plus grande,
Sans plus vouloir jamais la retirer,
Car rien que toi je ne puis désirer,
Et veux t’aimer jusqu’à ce que je rende
Mon âme à Dieu.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto