Poème 'Ballade' de Vincent VOITURE

Ballade

Vincent VOITURE

Toy qu’une étoile favorable
Retient au gré de ses desirs,
Dans cette ville desirable
Où demeurent tous les plaisirs ;
Chasse la tristesse importune,
Pren le temps pendant qu’il est tien,
Jouïs de ta bonne fortune,
Mange mon loup, mange mon chien.

Les plaisirs sont suivis de peines,
Et qui peut s’assurer qu’un jour
Il n’yra pas dans les Ardennes,
Ou dans le fons de Luxembour ?
C’est la loy de nôtre naissance
De sentir le mal et le bien,
Tandis qu’il est en ta puissance,
Mange mon loup, mange mon chien.

Le temps qui toute chose efface,
Par qui tout est ensevely,
Semble user de la même audace
Du Maître de Corbinelly,
Aux Roys, aux Reynes, aux Princesses,
Il dit d’un sévère maintien,
Use vîte de tes richesses,
Mange mon loup, mange mon chien.

Beauté juste, sage et sévère,
Dont les yeux peuvent tout charmer,
Marquise que chacun révere
Et qu’aucun n’oseroit aymer,
Digne d’avoir sous ton Empire
Cent mille coeurs comme le mien,
Permets que je te puisse dire
Mange mon loup, mange mon chien.

Je voudrois bien, prodigue d’ambre
Qui coute icy beaucoup d’argent,
T’en remplir toute cette chambre,
Où l’on voit un Triton nageant ;
Mais une raison conveincante
Ne veut pas que j’en face rien ;
Pren donc ces Turrons d’Alicante,
Mange mon loup, mange mon chien.

Pour moy, qui, comme Promethée
Me sens déchirer nuit et jour,
Et voy mon ame becquetée
D’un insatiable vautour,
Je dis à cet oyseau funeste,
A qui mon coeur sert d’entretien,
Achève tôt ce qui me reste,
Mange mon loup, mange mon chien.

Je n’ai pû m’empêcher d’écrire ;
Mais si par un mauvais succès,
De cecy, qui n’est que pour rire,
L’on vient à vous faire un procês ;
Interrogez sur ces Affaires
Riés comme Saint Adrien,
Et dites à vos Commissaires,
Mange mon loup, mange mon chien.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

Vincent VOITURE

Portait de Vincent VOITURE

Vincent Voiture, né en 1597 à Amiens et mort le 26 mai 1648 à Paris, était un poète et prosateur français. Fils d’un marchand de vins qui suivait la cour, il fit ses études à Paris et gagna la protection de Gaston d’Orléans, frère du roi, en lui adressant une pièce de vers à l’âge de seize ans. Ce prince le nomma... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto