Poème 'Placet à une Dame' de Vincent VOITURE

Placet à une Dame

Vincent VOITURE

Plaise à la Duchesse très-bonne,
Aux yeux très-clairs, aux bruns cheveux,
Reine des flots de la Garonne,
Dame du Loth, et de tous ceux
Qui virent jamais sa personne.

De laisser entrer franchement,
Sans peine et sans empêchement,
Un homme au lieu de sa demeure
Qui, s’il ne la voit promptement,
Enragera dedans une heure.

On a pour lui trop de rigueur
Chez vous, et tout haut il proteste,
Que par un larcin manifeste,
On retient son âme et son coeur,
Et que l’on ne veut pas le reste.

L’un est dedans, l’autre dehors,
Et l’un et l’autre est tout en flamme,
Il est raisonnable, Madame,
Ou que l’on reçoive son corps,
Ou que l’on lui rende son âme.

Il se voit pris comme au lacet,
Et souffre un étrange supplice :
Mais le pauvret est sans malice,
Ne refusez pas son Placet,
Car sans doute il est de justice.

Il a trop souffert de moitié ;
Au nom de sa ferme amitié,
Consolez son âme abattue,
Ou dites au moins par pitié,
A vôtre Suisse, qu’on le tue.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. C'est pour la -> DUCHESSE D'AIGUILLON {1638}
    (Marie-Madeleine de Vignerot du Pont-de-Courlay, en 1620 Marquise de Combalet)
    la nièce préférée du Cardinal de Richelieu!

Rédiger un commentaire

Vincent VOITURE

Portait de Vincent VOITURE

Vincent Voiture, né en 1597 à Amiens et mort le 26 mai 1648 à Paris, était un poète et prosateur français. Fils d’un marchand de vins qui suivait la cour, il fit ses études à Paris et gagna la protection de Gaston d’Orléans, frère du roi, en lui adressant une pièce de vers à l’âge de seize ans. Ce prince le nomma... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto