Poème 'Mon pays, la France (sextine)' de Orange84

Accueil > Les membres > Page de poésie de Orange84 > Mon pays, la France (sextine)

Mon pays, la France (sextine)

Orange84

J’ai couru mon pays et traversé la France
Avide de marcher, d’aller sans fin ailleurs,
Sous le ciel du printemps ou l’hiver qui commence ;
J’ai connu des plaisirs, j’ai eu beaucoup de chance
Même si le grand froid, les torrides chaleurs,
M’ont donné de la peine et de grandes douleurs.

Affrontant tous les temps, ressentant des douleurs,
J’ai tant aimé, c’est sûr, tous les cieux de la France ;
Juillet m’a prodigué ses subtiles chaleurs,
Sous des plages d’enfer, tout au sud ou ailleurs ;
Le bleu dessous les cieux m’était comme une chance
Quand la belle saison avec le ciel commence.

Je me suis exalté quand décembre commence,
Quand la neige le gel vous donnent des douleurs ;
Les sapins de Noël avaient des airs de chance,
Dans ce cadre charmant qu’on appelle la France,
Bien loin de l’étranger et des rêves d’ailleurs,
De ces pays lointains, d’autres terres ailleurs.

Un jour chantait la pluie ou les lourdes chaleurs ;
J’étais toujours le roi d’un bonheur qui commence,
Ici dans mon pays, sans images d’ailleurs ;
Eloignés tout au loin tous les maux, les douleurs ;
Je n’avais qu’un désir, courir toute la France,
Moi qui savais alors que j’avais de la chance.

Voir la campagne verte était une vraie chance
Même si s’acharnaient les intenses chaleurs.
J’avais à cœur de voir tant de régions de France,
Les prés tout verdoyants, l’automne qui commence,
Le corps parfois plié, débordé de douleurs,
Mais ne songeant jamais à m’échapper ailleurs.

Je le sais aujourd’hui, ils n’étaient pas ailleurs,
Ces moments exaltants, cette joie, cette chance
Et, dans mes souvenirs où rodent des douleurs,
Entre journées de glace, indicibles chaleurs,
Voici que sans arrêt un doux printemps commence
En suivant simplement tous les chemins de France.

Ainsi j’ai vu la France, sans m’en aller ailleurs
Quand je sais que commence un parcours tout en chance,
Même sous les chaleurs, avec ou sans douleurs.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS