Poème 'Monsieur Homais' de Théodore de BANVILLE dans 'Odes funambulesques'

Monsieur Homais

Théodore de BANVILLE
Recueil : "Odes funambulesques"

« Lisez Voltaire, disait l’un… »
Gustave Flaubert, Madame Bovary.

Non, Homais ne mourra jamais !
Il revient en Croquemitaine.
Ce faux Arouet, c’est Homais :
Non, Homais ne mourra jamais.
Il prend peu de mitaines ; mais
On dit qu’il a pour ami Taine.
Non, Homais ne mourra jamais !
Il revient en Croquemitaine.


Janvier 1859.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2018 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS