Poème 'Mûrier blanc' de ATOS

Mûrier blanc

ATOS

Sur l’espace de son voile la nuit dépose un cocon sidéral.
Il fait idéal au pays des étoiles.
Si sombre est la cour de mon crâne.

A la mine du clocher les heures reviendront en bataille.

Tout est si calme au pays des platanes.

Point de lune sur soie de brume.
Inconnue est la question de son âme.

Au bras de vos platanes le jour viendra tisser sa toile
entre les doigts d’une étoile.

Profonde est l’avenue de ce charme,
Étrange, reste cette lumière à ma table.

"Le fleuve d'encre" - Aquarelle - Astrid Shriqui Garain - Numérisation

"Le fleuve d'encre" - Aquarelle - Astrid Shriqui Garain - Numérisation

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS