Poème 'Nevermore' de Jean MORÉAS dans 'Les Cantilènes'

Nevermore

Jean MORÉAS
Recueil : "Les Cantilènes"

Le gaz pleure dans la brume,
Le gaz pleure, tel un oeil.
- Ah ! prenons, prenons le deuil
De tout cela que nous eûmes.

L’averse bat le bitume,
Telle la lame l’écueil.
- Et l’on lève le cercueil
De tout cela que nous fûmes.

Ô n’allons pas, pauvre soeur,
Comme un enfant qui s’entête,
Dans l’horreur de la tempête

Rêver encor de douceur,
De douceur et de guirlandes,
- L’hiver fauche sur les landes.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Le vallon s'emplit de brume,
    Il s'en emplit à vue d'oeil.
    On dirait qu'il prend le deuil
    Des rencontres que nous eûmes.

    La vie a goût de bitume,
    Tel le flot sur un écueil ;
    Elle a froid dans son cercueil,
    La grande âme que nous fûmes.

    Les morts n'ont point d'âme soeur ;
    Il leur faut penser sans tête
    (Ceux qui à vivre s'entêtent).

    Finie, pour eux, la douceur,
    Fini l'éclat des guirlandes
    Et l'odeur du pin des Landes.

Rédiger un commentaire

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto