Poème 'Noce' de Théodore de BANVILLE dans 'Sonnailles et Clochettes'

Noce

Théodore de BANVILLE
Recueil : "Sonnailles et Clochettes"

La nuit meurt. C’est bientôt l’heure
Frissonnante du matin,
Où dans les bois le vent pleure,
Doux et parfumé de thym.

Des soupeurs, faisant la guerre
A leur vieil ennui bavard,
S’ébattent dans un vulgaire
Cabaret du boulevard.

Et ces pâles noctambules
Montrent des visages blancs
Comme ceux des funambules
Avec leurs toupets tremblants.

Ils traitent des cocodettes
Pour qui ces plaisirs sont nuls,
Et qui songent à leurs dettes
Avec de profonds calculs.

Elles font de tristes moues
Sous de riantes couleurs,
Car les pastels de leurs joues
Sont comme un bouquet de fleurs.

C’est la fête qu’elles donnent
A leurs amants éblouis,
Et tout bas elles fredonnent
L’hypothèse des louis.

Leur fard éclatant rougeoie,
Et cependant, les soupeurs,
Sans désir comme sans joie,
Plus graves que des sapeurs,

Dans le bleu salon morose
Où leur ennui se tient coi,
Boivent du champagne rose,
En baisant n’importe quoi.

Des écrevisses farouches
Forment le fond du repas.
Elles emportent les bouches
Et ne les rapportent pas.

Et l’on mange aussi des pickles
D’un prodigieux élan,
Où l’on peut voir, sans besicles,
Tous les monstres de Ceylan.

Sous le gaz jaune qui flambe,
Grande comme une Pallas,
Emma laisse voir sa jambe
Que l’on a tant vue, hélas!

Séraphine devient tendre;
Et Lise, dans un dessein
Qu’il est aisé de comprendre,
Montre les lys d’un beau sein.

Telle Cypris dans sa conque. –
Puis, comme il faut accoucher
D’un vieux dénoûment quelconque,
Tous vont aller se coucher.

Non sans un peu d’amertume,
Chacun ayant fait ses frais,
Ils sortent sur le bitume,
Caressés par le vent frais.

Avec les vains simulacres
De s’être bien amusés,
Les voilà prenant des fiacres
Vieux et jusqu’à l’âme usés.

Redoutant le dieu féroce
Que désigne un arc vermeil,
Ils s’en vont, gens de la noce,
A l’heure où vient le Soleil.

Ils vont dormir, sous les toiles,
Un sommeil essentiel,
Car les dernières étoiles
Pâlissent au fond du ciel.

6 août 1889.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2018 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS