Poème 'Non, quand bien même une amère souffrance' de Alfred de MUSSET dans 'Poésies nouvelles'

Accueil > Les poètes > Poèmes et biographie de Alfred de MUSSET > Non, quand bien même une amère souffrance

Non, quand bien même une amère souffrance

Alfred de MUSSET
Recueil : "Poésies nouvelles"

Non, quand bien même une amère souffrance
Dans ce coeur mort pourrait se ranimer ;
Non, quand bien même une fleur d’espérance
Sur mon chemin pourrait encor germer ;

Quand la pudeur, la grâce et l’innocence
Viendraient en toi me plaindre et me charmer,
Non, chère enfant, si belle d’ignorance,
Je ne saurais, je n’oserais t’aimer.

Un jour pourtant il faudra qu’il te vienne,
L’instant suprême où l’univers n’est rien.
De mon respect alors qu’il te souvienne !

Tu trouveras, dans la joie ou la peine,
Ma triste main pour soutenir la tienne,
Mon triste coeur pour écouter le tien.

Poème préféré des membres

LOLICID et baudelaire ont ajouté ce poème parmi leurs favoris.

Commentaires

  1. salut j'ai un exposer sur le poème d'alfred de musset :non quand bien meme une amère souffrance svp si vous pouvez m'aider je veux une analyse détaillée sur chaque strophe

Rédiger un commentaire

Alfred de MUSSET

Portait de Alfred de MUSSET

Alfred de Musset (né à Paris le 11 décembre 1810 et mort également à Paris le 2 mai 1857) est un poète et un dramaturge français de la période romantique. Lycéen brillant, Alfred de Musset abandonne vite ses études supérieures pour se consacrer à littérature à partir de 1828-1829. Dès l’âge de 17 ans, il fréquente... [Lire la suite]

© 2016 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto