Poème 'Idylle' de Germain NOUVEAU dans 'La Doctrine de l'Amour'

Idylle

Germain NOUVEAU
Recueil : "La Doctrine de l'Amour"

Dieu sait bien que la femme est maîtresse de l’homme,
Mais l’époux généreux, chez l’épouse économe,
S’ils sont deux bons chrétiens en un cœur bien fondus,
Libre, vit dans la paix, loin des jougs détendus.
Simple, comme un enfant qui partage une orange,
Il fait toujours deux parts de tout fruit mûr qu’il mange.
Il choisit les meilleurs qui sont les fruits permis :
C’est un sage content du monde où Dieu l’a mis.
Pauvre, il a les trésors profonds de l’Évangile,
Riche, il tient ses greniers grands ouverts sur la ville.
Quand le soir vient, l’étoile à sa lampe sourit.
Couple qui s’épousa sous les yeux de l’Esprit,
Rébecca dont le cœur battit à grands coups d’aile,
En voyant Isaac sortir au-devant d’elle,
Isaac dont le cœur en fête remarqua
L’anneau d’or fin qui luit au nez de Rébecca,
Étaient moins saintement amoureux l’un de l’autre,
Que ces époux, courbés au souffle de l’apôtre,
Quand leur âme aspira, près du cierge éclairé,
Le parfum frais qui sort du vieux texte sacré.
Comme il est bon et droit, que Jésus est son maître,
S’il parle, elle a des yeux ravis de se soumettre ;
Qu’elle parle, il écoute, heureux de se plier
Aux désirs purs d’un cœur que Jésus sut lier.
Tous deux savent le prix des torts que l’on pardonne.
Au milieu des enfants que le Seigneur leur donne,
Ils laissent se mêler aux fils d’or éclatants
Les fils sombres qui sont au dévidoir du temps.
L’époux travaille ; il est ouvrier ou poète ;
Il explique aux siens Dieu dont le ciel est la fête.
Un enfant vous écoute avec tant d’appétit !
C’est innocent, c’est bon, c’est grave, c’est petit!
Elle, quand elle file, un bras hors de la manche,
Elle a l’air de filer son âme en laine blanche,
Et son cœur doux s’écoule aux ondes de son lait,
Flot parfumé, pareil au flot pur qui coulait
Du sein sacré sur qui Dieu, tout petit, ne bouge
Que sa lèvre d’enfant, humble fleurette rouge.
Dans la neige du linge et les tulles au vent,
Voilà la mère, avec son sourire vivant
Dont la chambre s’échauffe et dont l’ombre s’éclaire.
Femme aux seins mûrs, miracle, ô reine populaire!
Majesté des grands cils abaissés sur l’enfant !
Il s’abandonne, il dort. Un baiser le défend.
Le père le contemple, un rire sur la bouche.
Il est tel que, devant une rose farouche,
Un bon peintre amoureux de la gloire des fleurs.
Tous vivent dans le calme et les claires couleurs.
Ô chaleur maternelle ! ô prière qui vole !
Ô bouches ébauchant la première parole !
Chère tribu, petit peuple qui grandissez,
Mère qui d’une main délicate emplissez
De feuilles et de fruits les faïences fleuries,
Père au sourire plein de chaudes causeries,
Servante qui tournez au bruit clair des sabots :
Si vous êtes sereins, même avec des tombeaux,
Si vous gardez entier l’amour de la famille,
Dont la laine encor moins que l’honneur vous habille,
Si vous restez amis, quoi ! n’est-ce pas un peu
Parce qu’à tous vos soins vous savez mêler Dieu,
Qu’il vous tient sous son aile et qu’il vous a plu d’être
Unis par Jésus-Christ et bénis par son prêtre !

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Le Seigneur d’Aldébaran
    ----------------------------

    Seigneur d’Aldébaran, sur ta sphère sans hommes,
    Nous te voyons régner en monarque économe,
    Te nourrissant surtout de fromage fondu
    Qui par Diable ou par Dieu point ne fut défendu.

    Le dimanche matin, on t’apporte une orange,
    Bien moins que Louis Quatorze, en ton palais, tu manges,
    Mais lui pensait qu’aux rois les excès sont permis
    Et que d’autres péchés souvent leur sont remis.

    Nul près d’Aldébaran ne prêcha l’Évangile,
    Nul n’y planta de grain, nul n’y bâtit de ville ;
    Par cet astre lointain les mondes éclairés
    N’ont vu venir au jour aucun texte sacré.

Rédiger un commentaire

Germain NOUVEAU

Portait de Germain NOUVEAU

Germain Marie Bernard Nouveau, né le 31 juillet 1851 à Pourrières (Var) où il est mort le 4 avril 1920, est un poète français. Il est l’aîné des 4 enfants de Félicien Nouveau (1826-1884) et de Marie Silvy (1832-1858). Germain Nouveau perd sa mère alors qu’il n’a que sept ans. Il est élevé par son... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto