Poème 'Opus cordium' de ATOS

Opus cordium

ATOS

- Tu as lu, tu as su , tu as connu, tu as vécu, tu as reçu.
Et ton cœur n’en aime pas moins…
Que faudrait il te faire pour que tu cesses d’aimer à ce point ?
- Il faudrait qu’une bête s’offre ma tête
et là il se pourrait ,peut être, que je n’y vois plus rien.
Mais mon cœur, lui,
me restera toujours entre les mains.

Poème préféré des membres

VVAL a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2020 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS