Poème 'Oui, Forster, j’admirais ton oreille divine…' de Théophile GAUTIER dans 'Poésies nouvelles et inédites'

Accueil > Les poètes > Poèmes et biographie de Théophile GAUTIER > Oui, Forster, j’admirais ton oreille divine…

Oui, Forster, j’admirais ton oreille divine…

Théophile GAUTIER
Recueil : "Poésies nouvelles et inédites"

Oui, Forster, j’admirais ton oreille divine ;
Tu m’avais bien compris, l’éloge se devine :
Qu’elle est charmante à voir sur les bandeaux moirés
De tes cheveux anglais si richement dorés !
Jamais Benvenuto, dieu de la ciselure,
N’a tracé sur l’argent plus fine niellure,
Ni dans l’anse d’un vase enroulé d’ornement
D’un tour plus gracieux et d’un goût plus charmant !
Épanouie au coin de ta tempe bleuâtre,
Elle semble, au milieu de ta blancheur d’albâtre,
Une fleur qui vivrait, une rose de chair,
Une coquille ôtée à l’écrin de la mer !
Comme en un marbre grec, elle est droite et petite,
Et le moule en est pris sur celle d’Aphrodite.
Bienheureux le bijou qui de ses lèvres d’or
Baise son lobe rose, — et plus heureux encor
Celui qui peut verser, ô faveur sans pareille !
Dans les contours nacrés de sa conque vermeille,
Tremblant d’émotion, pâlissant, éperdu,
Un mot mystérieux, d’elle seule entendu !

1841

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

Théophile GAUTIER

Portait de Théophile GAUTIER

Pierre Jules Théophile Gautier est un poète, romancier, peintre et critique d’art français, né à Tarbes le 30 août 1811 et mort à Neuilly-sur-Seine le 23 octobre 1872 à 61 ans. Né à Tarbes le 30 août 1811, le tout jeune Théophile garde longtemps « le souvenir des montagnes bleues ». Il a trois ans lorsque sa famille... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto